Happening du groupe anarcho-queer Mashpritzot («Les femmes-fontaines») contre le pinkwashing lors de la Gay Pride de Tel-Aviv, en 2013. Photo: TMagen CC BY-SA 3.0

Mobilisation contre le pinkwashing en marge de la Pride

Le mouvement BDS appelle à protester contre l’invitation de la chanteuse israélienne Netta sur la scène de la Pride de Zurich, samedi.

La météo prévue samedi à Zurich est au beau fixe. Et pourtant, il y a comme de l’orage dans l’air de la grande pride de Suisse alémanique. En cause: l’apparition contestée de la gagnante de l’Eurovision 2018, Netta Barzilaï. L’artiste doit se produire sur la scène de l’événement LGBT, ce samedi soir, après le défilé dans les rues de la ville. L’annonce de son invitation, le jour même de l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem et de la répression meurtrière de manifestations à Gaza, avait déclenché de gros remous sur les réseaux sociaux, tout comme l’article de «360°» publié peu de temps après. Ces réactions mettaient en évidence la profonde division – singulièrement au sein du public gay – sur la question israélo-palestinienne.

Le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions), relayé par plusieurs collectifs queer, exige l’annulation de la prestation de l’«ambassadrice d’un Etat colonialiste» au nom de la lutte contre le pinkwashing. «Promouvoir des artistes féministes ou LGBTQ+ fait partie de la stratégie de marketing de l’Etat d’Israël, directement financée par le ministère des Affaires étrangères pour redorer son blason», peut-on lire sur le site BDS-info.ch, qui rappelle les déclarations triomphantes du Premier ministre Benjamin Netanyahu après la victoire de Netta.

En rose et noir
Tandis que les associations LGBT régionales et nationales se sont abstenues, Slutwalk Suisse (qui organise sa marche annuelle le même jour à Genève), Asile LGBT Genève ou encore le Frauen*raum de Berne ont signé l’appel à protester. Un «Pinkwashing Bloc» est prévu au sein du défilé de la Pride zurichoise. Mot d’ordre: aucun drapeau national; les participant·e·s sont invité·e·s à s’habiller et se maquiller en rose et noir.

1 comments

On retient qu’aucune association gay et lesbienne de Suisse n’a accepté de soutenir ce boycott, suscitant la colère des militants de BDS dont les actions sont combattues avec succès partout dans le monde.

En lisant ce texte du journaliste palestinien arabe Khaled Abu Toameh, on comprend toute la mauvaise foi du mouvement BDS et que les critiques de la plupart des anti-israéliens ne sont que des prétextes pour cacher leur antisémitisme.

Palestiniens arabes : pas de place pour les gays https://fr.gatestoneinstitute.org/12510/palestiniens-gays

Laisser un commentaire

*

À lire également