Suisse

Fin d’hiver transphobe à Bassersdorf

Une commune Suisse a «célébré» la fin de l’hiver en brûlant un personnage à l’effigie d’une personne trans*.

Selon une tradition connue en Suisse-allemande pour célébrer la fin de l’hiver, on brûle une sorte de grande poupée dénommée le Böögg. Bien Souvent le Böögg représente une personnalité haïe sur le plan international comme Kim Jong-Un ou Kadhafi ou un fait d’actualité sur lequel on voudrait tirer un trait. Mais, cette année, la commune zurichoise de Bassersdorf a choisi créé un personnage figurant une personne trans* pour y mettre le feu.

Le Böögg a ainsi été présenté vêtu d’une cravate rouge semblant couvrir la poitrine, d’une jupe arc-en-ciel dissimulant un pénis, et arborant une coupe de cheveux longue et blonde d’un côté, et courte et châtain de l’autre. Il a ensuite été brûlé.

Interrogés sur ce choix de représentation, les organisateurs ont expliqué avoir pensé qu’un Böögg traitant du Covid-19 ou de la guerre en Ukraine serait trop triste et ont souligné le fait que le genre est un sujet d’actualité. Un spectateur présent à Bassersdorf a porté plainte, qualifiant le choix d’inhumain et reprochant à l’organisation de stigmatiser une minorité persécutée. Cette plainte n’a, pour l’instant, pas été considérée par le Ministère public zurichois.

_________________
16 juin 2022   Thèmes: Étiquettes :

1 comments

Quelle honte! Comment a-t-on pu en arriver là? Que personne n’ait pu réagir, raisonner les organisateurs, les avertir de la violence de leur geste, me stupéfie. Le moment où la tête de la marionnette trans explose est terriblement choquant. Je n’ose pas imaginer ce qu’ont pu ressentir les personnes trans* ou proche de trans* en voyant ces images. Et que la réponse soit que c’était plus joyeux que de parler du Coronavirus ou de la guerre en Ukraine est encore plus alarmant. En quoi « tuer » symboliquement une personne trans* peut apporter de la joie? Il faut vraiment que la loi qui punit les attaques homophobes soit étendue à la transphobie. Et qu’un tel événement public puisse être formellement condamné (si ce n’est pas déjà le cas) pour que la population prenne conscience que ça ne va pas.

Comments are closed.

À lire également