Suisse

Gai·e·x·s, Gai·e·x·s, marions-les – épisode 2

À l’occasion de l’ouverture du mariage à tou·te·x·s en Suisse, 360° poursuit ses portraits de couples LGBTIQ+ qui se passeront la bague au doigt cette année. Ce mois-ci, Baptiste et David de Genève nous racontent leur histoire.

Baptiste et David, tous les deux 28 ans, sont de ceux qui passent leur vie à courir. Nous parvenons enfin à nous réunir en visio un dimanche soir. . Baptiste a trouvé un coin calme près du lac Léman et David est chez eux, enfin, plutôt chez son père qui héberge le couple depuis plusieurs années dans une excellente ambiance. Si tous les deux travaillent à l’UNIGE, l’un comme étudiant en master de droit, l’autre comme informaticien, ce n’est pas là qu’ils se sont rencontrés.

Huit ans d’amour

Baptiste raconte. «Le 31 décembre 2013, j’étais alors à la fac de médecine à Bruxelles, je discutais avec une amie au téléphone. Elle avait parlé de moi à David. Par jeu, il lui a subtilisé son portable et on a commencé à discuter.On a discuté toute la soirée du réveillon… et tout le mois de janvier!» Le 23 janvier, Baptiste arrive à Genève, il rencontre David le lendemain. «Depuis, on est ensemble», résument en chœur les deux garçons. En effet, ils ne se sont pas quittés d’une semelle depuis lors. «C’était une période parfaite, nous étions tous les deux en train de changer de voie et nous avons passé six mois ensemble à jouer à des jeux vidéos et à regarder des séries.»

En 2016, Baptiste rejoint David en Suisse pour y vivre ensemble. Puis vient, en 2018, le temps des contraintes. Pour que Baptiste puisse continuer de travailler en Suisse, David lui propose de contracter un partenariat enregistré. La famille est ravie et la petite sœur de Baptiste crée des faire-part Harry Potter et Star Wars.

Une existence à deux plus légitime

En 2019, quatre mois après, le couple se marie en France voisine entouré d’ami·e·s et de membres de leur famille. «Et de mon chien qui haletait bruyamment dans la salle des fêtes de la mairie», s’amuse Baptiste.

Aujourd’hui, les amoureux souhaitent convertir leur partenariat enregistré en mariage en Suisse. «La Suisse a adopté le mariage pour tous·tes·x par un vote populaire, c’est quelque chose de très fort symboliquement pour moi», explique Baptiste qui a toujours été un fervent défenseur des droits LGBTIQ+. Si pour David, le mariage est avant tout un gage de stabilité, il insiste: «Avec le partenariat enregistré, nous avons encore l’impression d’être des citoyens de seconde zone. La dimension publique du mariage rend encore plus légitime notre existence à deux.»

Pour le moment, les garçons n’ont rien prévu. «On aimerait faire ça en été ou en septembre, il faut que l’on se bouge. Il faut qu’on aille à la mairie et qu’on organise un peu les choses quand même», se marrent-ils de concert. Ce sera sans doute à la bonne franquette: «Pour notre «premier» mariage, nous avions réuni les convives dans le restaurant italien en bas de chez nous, c’était super. Nous ferons sans doute quelque chose dans le même genre.»

Et après? «La première étape, c’est que Baptiste obtienne le barreau», explique David.

Le couple a envie de déménager dans un appartement bien à lui, mais pas trop loin de la famille de David avec laquelle les rapports sont excellents.

Raides dingues de leurs neveux (et de leur chien), les amoureux ne veulent pas d’enfant. Ils aspirent en revanche à des voyages à travers le monde et notamment aux États-Unis et Amérique du Sud, où David a de la famille.

 

Vous vous mariez cette année et vous souhaitez partager avec nous votre histoire? Écrivez-nous! laure@magazine360.ch

_________________
8 avril 2022   Thèmes: Étiquettes : ,

À lire également