Neuchâtel

Rainbow Warriors Tour

ven 3 mai, 22:00
Lausanne

Happy Birthday, GT’s!

sam 27 avril, 19:00
Genève
#Musique

Billie Bird

ven 26 avril, 20:30
Lausanne

Grande rencontre des parentalités queers

sam 27 avril - dim 28 avril

L’initiative du PDC reçoit une fessée au Conseil des Etats

Les sénateurs ont balayé la proposition du parti «Pour le couple et la famille - Non à la pénalisation du mariage». A cause, notamment, de la définition du mariage comme étant l'union d'un homme et d'une femme.

Un flot de critiques s’est déversé aujourd’hui dans la Chambre haute contre l’initiative du PDC sur la fiscalité du mariage. Si le modèle d’imposition n’a pas eu l’approbation des sénateurs, c’est aussi et surtout la définition du mariage qui était au centre du débat. Le socialiste fribourgeois, Christian Levrat, a commenté celle-ci: «Cette initiative est pour moi un véhicule électoral, mais qui est en train de nous amener dans des ornières qu’on aurait dû dépasser avec le changement de millénaire.» Car pour le PDC, le mariage est l’union durable entre un homme et une femme, point à la ligne.

Tentative de sauvetage

Moment du vote: les élus ont préféré le contre-projet du Conseil National, par 23 voix contre 20 et une abstention, qui biffe la définition du mariage et le modèle d’imposition. Alors qu’une sénatrice jurassienne PDC a proposé d’inclure le partenariat enregistré dans le projet, refus également, même dans les rangs du PDC. Pour Robert Cramer, «ce choix de société c’est celui de la famille nucléaire, c’est un choix de société qui va à contre-courant de toutes les tendances actuelles en matière du droit de la famille et qui va à contre-courant de toutes les décisions.» Le PDC savait que son initiative aurait du mal à passer la rampe, et le parti a déjà commencé à travailler sur un contre-projet à leur propre proposition…

Christian Levrat, rapporte le site de 24Heures, a parlé d’un texte excessivement conservateur, d’autant plus qu’il ferme la porte aux discussions qui s’esquissent au Parlement sur le mariage entre personnes de même sexe. Le PDC s’est défendu, en arguant que cette définition du mariage est celle déjà existante dans le droit et la jurisprudence suisses. En vain, surtout qu’elle aurait été inscrite dans la Constitution, scellant le sort du mariage homosexuel en direction de la poubelle.