Santé Étude

Mieux cerner les tentatives de suicide chez les jeunes LGBT

8 sept. 2020

Une équipe de la Haute école de Lucerne entreprend une étude auprès des jeunes gay, lesbiennes, bi et trans* suisses. Objectif: appréhender la complexité des facteurs à l’œuvre dans les passages à l’acte.

En 2016, la Confédération et les cantons se sont fixés pour objectif de faire baisser de 25% les suicides d’ici à 2030. Un effort qui pourrait sauver 300 vies par an. Pour cela ils ont prévu de cibler des groupes spécifiques, parmi eux, les jeunes LGBT, dont on sait qu’ils sont particulièrement touchés.

«Cela ne signifie pas que ces jeunes sont en eux-mêmes à problèmes ou à risque de suicide », indique Andreas Pfister de la Haute école de Lucerne, dans «Spectra», la revue de l’Office fédéral de la santé publique. Le chercheur a entrepris une étude pionnière qui doit déterminer les circonstances des passages à l’acte, encore mal connues, au sein de cette population. En effet, ce ne sont pas l’orientation sexuelle ou l’identité de genre qui sont les problèmes, mais le rejet qu’elles sont susceptibles d’occasionner, ainsi que d’autres facteurs qui restent à explorer dans toute leur complexité.

Méthode

La phase préliminaire de l’étude a permis de définir une méthode pour approcher et questionner les jeunes après une tentative de suicide. Cela se fera en collaboration étroite entre sociologues et professionnels de la santé psychique. L’étude, financée par le Fonds national suisse, sera lancée le mois prochain.

Besoin d’aide?

En Suisse romande, diverses associations viennent en aide aux personnes en détresse, sans tabou ni préjugés. Leurs coordonnées se trouvent sur le site de Stop Suicide.
La ligne téléphonique 147 et le site 147.ch de Pro Juventute répondent 24h sur 24 et 7 jours sur 7 aux personnes ayant des idées suicidaires ou cherchant des informations ou un soutien sur ce thème. Un chat pour les jeunes est ouvert chaque lundi soir (19h-22h) sur 147.ch. Il est animé par de jeunes bénévoles formés, notamment sur les questions LGBT+.

À lire également