Monde Autriche

Les coronasceptiques s’en prennent au drapeau arc-en-ciel

7 sept. 2020

Lors d’une manif antimasque réunissant extrémistes de droite, conspirationnistes et antivaccins à Vienne, le public a applaudi l’amalgame haineux entre homosexualité et pédophilie.

Une manifestation des «querdenker», l’hétéroclite coalition des coronasceptiques autrichiens, samedi à Vienne, a donné lieu à un appel à la haine contre les LGBTQ+. Sur l’estrade dressée devant quelque 400 participants, trois leaders ont déchiré un drapeau arc-en-ciel orné d’un coeur. «Ceux qui portent ce symbole soutiennent les abuseurs d’enfants», a clamé Jenny Klaus, la pasionaria du mouvement, appelant à les exclure de la société.

Les images, enregistrées par un réseau de presse indépendant, sont devenues virales.

Les «querdenker» ont ensuite expliqué que le coeur figurant sur la bannière déchirée était le signe de ralliement de réseaux pédophiles. Un logo (monocolore et sensiblement différent) est décrit dans certaines théories circulant sur le Net, relève le site allemand Queer.de. Il est difficile de croire que cette version arc-en-ciel ait été choisie au hasard. Il semble plutôt un nouveau moyen de faire l’amalgame entre homosexualité et pédophilie. En tout cas, c’est comme tel que l’incident a été perçu dans les médias sociaux, entraînant un tollé au sein de la communauté LGBTQ+ viennoise et au-delà.

Protestation

«C’est un acte symbolique qui est clairement contre nous et contre une société qui défend les droits de l’homme, le respect, l’acceptation et l’égalité. Nous ne pouvons pas et ne voulons pas accepter de tels actes dans notre ville», a communiqué l’association LGBTQ+ HOSI Wien, notant toutefois la modeste affluence du rassemblement des coronasceptiques, surtout comparée au demi-million de participants à la Pride de la ville. Une manifestation «contre la haine» est prévue ce soir, à l’initiative de la HOSI, des sociaux-démocrates et des Verts.

À lire également