Monde

Outings sauvages au village olympique

Un article du site américain The Daily Beast a provoqué un tollé. Il outait plusieurs athlètes piégés sur Grindr, dont certains représentant des Etats punissant l’homosexualité.

Le fait est assez rare pour être relevé: The Daily Beast, une des références du webjournalisme américain, a supprimé hier un de ses articles. En cause: un reportage sur la vie sexuelle des athlètes dans le village olympique. Dans «The Other Olympic Sport in Rio: Swiping», le reporter Nico Hines racontait l’hyperactivité des apps de drague en marge des JO. Il y constatait (ô surprise) que de nombreux participants étaient à la recherche d’un plan cul, voire d’une sexparty, et se demandait si «un mec moyen» comme lui-même pouvait «se joindre à la bacchanale».

Réponse affirmative, selon Hines, qui affirme avoir utilisé les apps sous son vrai profil d’«hétéro marié et père de famille». «Je n’ai aucun mérite à avoir deviner que [l’app de drague gay] Grindr s’avérerait plus concluante pour un plan immédiat que [ses équivalents hétéro] Bumble ou Tinder». Le journaliste dit avoir reconnu ainsi plusieurs athlètes de renom, dont certains issus «de un pays notoirement homophobes».

Indices
Dès sa publication, jeudi matin, le papier a suscité un tollé. De fait, dans sa version originale (à laquelle nous n’avons pas eu accès), l’article aurait fourni des détails compromettants pour les athlètes contactés. Dans Slate, Mark Joseph Stern a qualifié l’exercice d’outing sauvage de «dégoûtant et irresponsable». Stern dit avoir pu facilement identifier cinq sportifs à l’aide des indices semés dans l’article du Daily Beast. «Il se peut que Hines trouve que le petit jeu qui consiste à appâter des gens sur Grindr soit très rigolo, écrit-il. Pour ses victimes, cependant, ce papier dégueulasse est capable de dévaster une vie.»


Entre autres réactions, le médaillé olympique américain Gus Kenworthy a exprimé son indignation devant un «article de merde» en forme de piège tendu aux athlètes LGBT.

Excuses
The Daily Beast a réagi en corrigeant le texte pour camoufler davantage l’identité des sportifs, avant de supprimer l’article quelques heures plus tard. A sa place, on peut lire un message d’excuses du rédacteur en chef John Avlon: «Nous n’avons pas été à la hauteur des valeurs fondamentales de The Daily Beast. Nous nous sommes toujours engagés à dénoncer les brimades et le sectarisme, et à être un soutien fier et solide pour les personnes LGBT à travers le monde.»

_________________
12 août 2016   Thèmes: Étiquettes : ,

À lire également