Bars & Clubs

Rac’Queen

Sion, sam 9 mars, 18:00
Culture
#Drag

Sasha Velour, The Big Reveal Live Show

Genève, ven 5 avril, 19:00
Community
#Cinéma #Table ronde

Queendom

Genève, sam 9 mars, 19:00

«Nous ne sommes pas une minorité minuscule!»

Près d'un an après la re-criminalisation de l'homosexualité en Inde, une modeste pride a demandé l'abrogation des antiques lois coloniales.

Plus de 500 personnes ont défilé ce dimanche dans les rues de la capitale. C’était la première Queer Pride depuis la retour de l’homosexualité dans l’illégalité, à la suite d’un arrêt de la Cour suprême. «Je suis gay, et c’est OK», «Azaadi! («Liberté!»), ont scandé les participants sous des bannières arc-en-ciel, rapporte l’agence Reuters, tandis que les manifestants se frayaient un chemin sous les regards amusés des passants et des automobilistes. «Nous affirmons que nous existons, que nous ne sommes pas une minorité minuscule! Faites-vous une raison!» a lancé Mohnish, un des organisateurs.

En décembre 2013, les juges de la plus haute juridiction du pays avaient annulé une décision de justice de 2009 qui abrogeait les antiques dispositions coloniales réprimant les rapports entre personnes du même sexe. La Cour suprême avait considéré que le sujet était du ressort exclusif du Parlement. Or celui-ci est dominé par les nationalistes hindous du Premier ministre, Narendra Modi. Ce dernier n’a jamais abordé la question, tandis que certains des membres de sont gouvernement ont exprimé des opinions très hostiles aux homosexuels.

Mais certains participants de la Pride y croient. «Modi est une personne très sage, je ne sais pas s’il [nous] soutiendra ou non, mais je sais qu’il ne va pas faire quoi que soit qui aille à l’encontre des droits des citoyens indiens», a estimé Rudrani, un militant LGBT.