Montreux
#places à gagner

Henry Moodie + Lauren Spencer Smith

ven 5 juillet, 20:30
Lausanne

Talent Show Chaud Cho

dim 30 juin, 16:00
Genève

Le Temple: Fusion

sam 6 juillet, 23:00
Lausanne

Extra Viewing Party

sam 22 juin, 18:00

De gauche ou de droite, les homos?

Elections françaises obligent, la question est sur toutes les lèvres. De quels bord les gays votent-ils ? Petite revue de presse.

C’est le dernier livre de Didier Lestrade qui a mis le feu aux poudres. Le militant LGBT, cofondateur d’Act Up notamment, soutient dans son ouvrage («Pourquoi les gays votent-ils à droite») que les homos participent au glissement politique en faveur des thèses nationalistes. Dans un article paru le 17 janvier 2012 sur le site internet des «Inrockuptibles», Anne Lefater ne semble pas partager son avis. Elle y avance des données contenues dans une note du Cevipof (le centre de recherche politiques) parue à la mi-janvier et qui fait état des intentions de vote des homosexuels. Ils seraient donc 53% à avoir l’intention de mettre un bulletin en faveur de la gauche dans l’urne; 37% a destination de la droite. Les gays seraient de plus favorables aux thèses frontistes mais dans la même proportion que le reste de la population, soit autour des 10%.

Quoi qu’il en soit, il reste difficile de déterminer ce qui motive le vote : l’orientation sexuelle ou le profil socio-économique. La drague à destination de l’électorat gay va néanmoins bon train à l’aide de l’ultime carotte de motivation qu’est le mariage. Le parti socialiste se dit favorable à l’union des personnes de même sexe alors qu’à droite c’est plutôt non pour Nicolas Sarkozy. Pour Marine Le Pen c’est une dangereuse porte ouverte à la polygamie (le 14 juin 2011 sur les ondes de France Inter).

Dans «L’Express» et sous la plume de Frédéric Martel, on apprend par ailleurs que les gays, lesbiennes, bis et transgenres seront 2,8 millions à participer aux scrutins d’avril et de mai prochain. François Kraus du Cevipof y ajoute par ailleurs que «le poids électoral est donc loin d’être négligeable si l’on compare, par exemple [à d’autres] groupes de votants tel que le noyau dur des catholiques pratiquants ou encore, à l’ensemble des musulmans inscrits sur les liste électorales».

Vieille histoire d’amour avec la droite
Cela étant dit, on pourrait se demander si les gays ont toujours voté à gauche. Frédéric Martel rappelle à notre bon souvenir quelques moments d’histoire : «Avant 1968, moment où il bascule à gauche, le militantisme gay était presque exclusivement de droite. Ce fut le cas de la grande association Arcadie entre 1948 et 1982 et son leader catholique André Baudry. Ce fut également le cas de grands écrivains comme André Gide (…) Et s’il fallait rappeler que les homosexuels ont pu tomber à l’extrême droite par haine des juifs, il suffirait (…) d’évoquer les noms de collaborateurs comme Maurice Sachs, Robert Bazilach ou Abel Bonnard, que Pétain lui-même surnommait gestapette».

Etre gay ne donne définitivement pas le monopole de la vertu. Pour ce qui est de savoir concrètement si les membres de la communauté LGBTIQ votent à gauche ou à droite, laissons les urnes parler et donnons-nous rendez-vous le 22 avril.

One thought on “De gauche ou de droite, les homos?

  1. bonjour,
    concernant le basculement de la droite vers la gauche du militantisme gay en 1968, il ne faut pas oublier que ceux qui se montraient jusqu’alors n’étaient pas du tout représentatifs, mais membres d’une bourgeoisie qui se voulait respectable.

Comments are closed.