Culture
#Drag

Sasha Velour, The Big Reveal Live Show

Genève, ven 5 avril, 19:00
Bars & Clubs
#places à gagner

LSDXOXO

Neuchâtel, sam 16 mars, 23:00
Bars & Clubs

Let’s Build A Safer Space

Fribourg, sam 23 mars, 22:00

Aimer?

Aimer?

On parle care. On en parle. Beaucoup. Mais ces belles paroles s'éteignent un peu trop souvent lorsque les actes de celleux – qui pourtant haut et fort en revendiquent la nécessité – leur en font oublier le sens alors qu'iel·le·x·s sont confronté·e·x·s à la moindre dissidence. Le bel anglicisme en serait-il la cause? Vraiment? Alors, care ou prendre soin? Aimer?

Loin des concepts parfois trop tarte à la crème à mon goût, genre Nouille-Age sauce my taylor is rich, de ces automatismes mal habités par celleux qui, à défaut de pouvoir incarner pleinement leur revendications, les appliquent mécaniquement et se contentent de réciter sans pleinement en comprendre le sens profond une nomenclature dont iel·le·x·s ne connaissent que la définition, je soupire et, pour ne pas sombrer, je m’accroche de toutes mes forces au plus beau des verbes… car d’amour, oui, je suis née, il y a une soixantaine ou une trentaine d’années, ou depuis la nuit des temps. Contre ma nature, pour le préserver de toute souillure, il m’a fallu par périodes et selon les airs du temps cacher en moi ce feu ardent, bien trop lumineux et brillant pour les humaines manières dont les yeux délicats face à son éclat se ferment et les empêchent de se délecter de ce nectar, cet élixir de vie que les fées m’ont confié, dont elles m’ont fait gardienne, vestale, dont j’alimente et entretiens avec le plus grand soin la précieuse braise. Rien ne me met plus en joie que les instants où je peux en faire rejaillir les flammes, les diffuser, les redistribuer sans nulle retenue et vous offrir leurs grâces; célébrer avec vous ce cadeau qui m’a été fait, dont je suis faite. Car oui, célébrante je suis et rien ne me fera abandonner ce pour quoi on m’a – je me suis – créée. Alors, dites-moi jolies sucreries, pour chanter et danser tout l’été, vous prélasser dans les vagues du désir ou dans l’azur de ses cimes, me laisserez-vous vous offrir un peu… d’amour?