Fontana et Salvini comme deux larrons en foire, 2014. Photo FB/DR

À Rome, les homophobes s’installent au pouvoir

Le gouvernement orienté à l’extrême droite qui a été formé jeudi promet des jours difficiles pour les LGBT italiens.

C’est fait. L’Italie, poids lourd de l’Union européenne, a désormais un gouvernement où l’extrême droite est entrée en force. Des temps sombres s’annoncent pour les LGBT de la Péninsule, constate le site gay.it. Alliée à l’«antisystème» Mouvement 5 étoiles, parti ambivalent sur les questions LGBT, la Ligue, elle, annonce la couleur. Objectif: revenir sur les timides avancées enregistrées ces dernières années sous les gouvernements de centre gauche.

Ainsi Gay.it relève que le leader de la Ligue, Matteo Salvini, a abordé la question des familles arc-en-ciel lors d’un meeting triomphal hier soir à Sondrio, à la veille de sa prestation de serment en tant que vice-chef du gouvernement et ministre de l’Intérieur: «Je veux faire partie d’un gouvernement avec des idées claires. Dans lequel la mère s’appelle maman et papa s’appelle papa.»

La Famille confiée à un catho ultra
Parmi les six ministères qui reviennent à la Ligue figure celui de la famille, confié à l’utra catholique Lorenzo Fontana. Elu de Vérone (un des laboratoires de l’extrême droite italienne), ce grand admirateur de Vladimir Poutine avait en 2016 qualifié les revendications LGBT de «dérive nihiliste et relativiste de la société occidentale». L’an dernier, il a dénoncé les reconnaissance par les tribunaux de familles homoparentales, qui «prive les enfants d’une famille avec un père et une mère». Il a également accusé l’éducation nationale de «promouvoir la théorie du genre», selon le vieux refrain des lobbies ultraconservateurs.

1 comments

Comments are closed.

À lire également