La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a défendu en personne la proposition du gouvernement.

«Oui» du Sénat à l’adoption par le conjoint de même sexe

La proposition du Conseil fédéral de permettre aux concubins d’adopter l’enfant de leur partenaire a été largement adoptée ce matin par la chambre haute du Parlement suisse.

La longue navette parlementaire sur l’ouverture de l’adoption aux couples de même sexe a franchi une nouvelle étape, aujourd’hui. Le Conseil des Etats, le Sénat suisse, a accepté le projet du Conseil fédéral présenté en 2014, à la suite d’une pétition des Familles arc-en-ciel.

Le texte a obtenu une majorité de 25 voix contre 14. La minorité, représentée par le PDC valaisan Beat Rieder, avait auparavant critiqué la proposition, relevant selon lui de la «tactique du salami» mise en place par les associations homosexuelles. A ses yeux, la prochaine étape serait la légalisation de la procréation médicalement assistée et de la gestation pour autrui. Il a également laissé entendre que les couples de même sexe étaient instables.

Injustice
La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a rappelé que l’enfant était au cœur de la réforme, qui ouvre l’adoption du conjoint également aux couples hétérosexuels non mariés. A cet égard, elle a rappelé que le mariage n’était pas une «garantie» de stabilité, compte tenu du taux de divorce en Suisse. Pourtant, le mariage est actuellement la condition exclusive d’une adoption de l’enfant du conjoint. Enfin, la ministre a rappelé que le recours à une mère porteuse était interdit en Suisse, et que la réforme ne changerait pas cet état de fait.

«Nous sommes heureux que nos enfants et familles puissent bientôt bénéficier d’une protection juridique plus que nécessaire et espérons que cette protection sera mise en œuvre rapidement», a commenté Maria von Känel, responsable de la faîtière Familles arc-en-ciel, dans un communiqué.

La balle est désormais dans le camp du Conseil national, où les conservateurs se sont renforcés à la suite des dernières élections. Avant un probable référendum, promis de longue date par les opposants à la réforme.

3 comments

Donc, si je comprends bien, ça permettra les adoptions plénières, il faudra juste le faire en deux fois : un membre du couple adopte en tant que célibataire, l’autre ensuite adopte l’enfant de son partenaire ?
C’est la simplification administrative à la Suisse ?

Comments are closed.

À lire également