Suisse

Rhino, suite… et fin

Lundi 23 juillet 2007, 21h47: la corne du Rhino est tombée après trois quarts d’heure de résistance aux assauts véhéments d’un impressionnant engin de levage…

Lundi 23 juillet 2007, 21h47 : la corne du Rhino est tombée après trois quarts d’heure de résistance aux assauts véhéments d’un impressionnant engin de levage, symbole de cette journée extravagante, faite de violence inutile et d’un déploiement de moyens hors de propos!
Et la violence et le gaspillage des deniers publics n’étaient pas du côté qu’on croit ! Quand les charges policières ont pour but la dispersion d’un petit rassemblement multigénérationnel, multiculturel, plutôt calme et pas mal déprimé, de quel côté est la violence? Quand les canons à eau et les grenades lacrymogènes servent à ouvrir le passage à des véhicules d’entreprise privée venus démolir et détruire, de quel côté est la justice? Quand les cordons de policiers, comme robotisés et lobotomisés dans leurs tenues guerrières ont pour but de protéger la vengeance puérile d’un riche propriétaire foncier, de quel côté est la légalité? Quand des entreprises fantômes (plus aucun logo sur les camions des entreprises, venus d’un canton voisin) détruisent de nuit les signes extérieurs de ce qui a été une expérience sociale et culturelle importante pour toute une génération de personnes souhaitant vivre autrement, où se trouve le vandalisme?

Quand la justice est partisane, il n’y a plus de justice !
Certes le bâtiment devait tôt ou tard revenir à son propriétaire, certes l’expérience « Rhino » était à bout de souffle, certes … mais ce symbole d’une Genève différente et alternative méritait le respect et la protection des autorités pour que sa fin soit différente.

Devant le Rhino démantelé, l’argent et le pouvoir ont remporté une nouvelle victoire, la justice formelle aussi ! Mais l’image de Genève (rebaptisée Calvingrad !), la justice immanente, la liberté et la culture, pas sûr !

[Photo: Chatty]

Thèmes: Alternatif  Genève 

À lire également