La page d'accueil du site incriminé, qui abuserait de la naïveté de jeunes Tunisiens.

Le porno, ennemi N°1 des gays tunisiens?

Des images érotiques de jeunes circulant sur la Toile sapent les efforts pour la reconnaissance des gays de Tunisie, estime un bloggeur, qui appelle le mouvement gay émergent à réagir.

Sur le blog collaboratif Nawaat.org, l’auteur tunisien Farhat Othman tire la sonnette d’alarme à propos d’un nouvel avatar de la «porno-politique» qui fait rage dans le pays. Des sites pornographiques violeraient le droit à l’image de certains de ses concitoyens. Othman évoque des «des témoignages réitérés et concordants» pointant notamment sur un site commercial enregistré aux Pays-Bas. Ce portail de facture très médiocre rassemble des photos de garçons présentés comme «des arabes hétéros», prétendument majeurs de 18 à 22 ans. «Certains de nos jeunes se sont adonnés, moyennant finances parfois, à des séances intimes filmées et ils croyaient naïvement qu’elles devaient rester dans le cadre strictement privé», explique le bloggeur, avant de retrouver leur photo sur la Toile.

Sexualité «responsable»
L’auteur en appelle au magazine «Gayday», la première revue homosexuelle de Tunisie parue avec la révolution de 2011. Selon lui, il est de son ressort de dénoncer ces pratiques et de mettre en garde les gays tunisiens «au nom d[u] combat pour une vie homosexuelle normale en Tunisie, un combat auquel tous les militants des libertés et des droits de l’Homme adhèrent.» Avec un optimiste quelque peu déroutant compte tenu des récents troubles déclenchés par les milieux salafistes, Othman exprime sa confiance en l’avenir d’une coexistence pacifique entre les homosexuels et les courants islamistes. «Ni l’islam dont je fais une lecture postmoderne ni la société que j’étudie en profondeur ne sont opposés à l’homosexualité en tant que telle, une homosexualité que je qualifierai de responsable», affirme-t-il. A condition que les homosexuels tunisiens sachent se distancier de ces «arnaques caractérisées» qui donnent d’eux l’image d’«esclaves» ou de «bêtes sexuelles».

2 comments

Le grand problème pour les pays qui criminalisent l’homosexualité, c’est qu’ils ont le modèle honni de l’Occident, avec Gay Pride en string rose, mariage homosexuel, pornographie. Donc ça peut être rédhibitoire pour un hétéro qui serait favorable à décriminaliser l’homosexualité, il pourrait craindre que ces choses arrivent dans son pays. En Occident, il n’y avait pas de continent tout entier bien plus avancé. Ainsi, ceux qui ont dépénalisé l’homosexualité en Europe auraient réfléchi à deux fois en voyant mariage homo ou gay pride ailleurs.

Je suis d’accord sur le fait que la gaypride peut avoir un effet inverse. De ma part, je ne suis jamais identifié dans cet évènement qui a plus à voir avec l’industrie du sexe et de la pornographie qu’avec la cause homosexuelle. Par contre, pour le mariage, je pense que c’est légitime et même compréhensible et ça va dans le sens de la sociabilité. Reconnaitre officiellement un lien entre deux homosexuelles, c’est lui donner une raison de plus pour durer et s’inscrire dans l’ordre social. Ce qui l’empêche c’est comme toujours la mentalité hermétique des hétéro qui feraient mieux de mieux s’occuper de leurs familles et de leurs couples!

Comments are closed.

À lire également