Bars & Clubs

Babylon LGBT Party

Lausanne, sam 17 décembre, 23:00
Bars & Clubs

Bordello Happy New Year

Lausanne, sam 31 décembre, 23:00
Agenda

Arosa Gay Ski Week

Arosa, 21 janvier 2023 - 28 janvier 2023

Une d’ces couches

Une d’ces couches
Dr. Hazbi est enseignant·x universitaire, artiste et politicien·x. Son téléphone est bourré de réflexions qu'iel s'empresse de retranscrire, couche par couche.

Couche #40: Ça fait maintenant un an que j’ai entamé ma distanciation par rapport au milieu culturel romand, sans arriver à nommer le sentiment qui me poussait gentiment à m’en délaisser. Ce n’est que très récemment que j’ai compris pourquoi en lisant un article retraçant l’évolution des courants de pensée critique.

Durant ma vingtaine, j’ai découvert dans les milieux culturels et artistiques le postmodernisme de Foucault, Deleuze, Butler et autres. Ces œuvres m’ont énormément aidé à déconstruire la plupart des discours dominants normatifs, notamment ceux sur le genre et à la sexualité. J’y ai vu le monde avec un regard nouveau et plus critique. Mais ce qui m’a dérangé, c’est cette illusion – qui est fortement présente dans le milieu culturel – que la déconstruction était un but en soi. Certes, c’est un outil avec une capacité assez significative à empouvoirer les opprimé∙e∙x∙s, à réécrire le cours de l’histoire et notre présent selon nos propres termes. Mais sans une perspective plus matérialiste (marxiste) et collectiviste, elle peine à se transformer en réel contrepouvoir.

Quand on voit la taille du monstre néolibéral et néocolonial qui bouffe tout sur son passage, je me demande si la manière la plus efficace de lui faire face ne serait pas de viser son talon d’Achille: l’argent. Et du coup, d’investir les syndicats, les grèves… tout ce qui bloque l’exploitation, l’extraction, l’expulsion.