Santé

Mon test de dépistage du VIH est positif – et maintenant?

Expériences personnelles et conseils pour gérer le diagnostic

Un test de dépistage du VIH est un gage de clarté – et parfois c’est aussi le début d’une nouvelle situation de vie. Surtout si le test est positif. C’est ce qui est arrivé à Sebastian, qui a appris il y a quelques années qu’il était séropositif.

Le jeune homme de 28 ans ne s’attendait pas à ce que son diagnostic soit positif. «J’étais en assez mauvaise santé depuis quelque temps déjà», explique Sebastian. «Après avoir passé sans succès une grande variété d’examens, j’ai finalement décidé de faire un test de dépistage du VIH. Quand j’ai appris le résultat, j’ai été profondément choqué et j’ai pensé que ma vie était finie. Je n’avais dit à personne que je faisais un test de dépistage du VIH.»

Le soir même, il a pris son courage à deux mains et a informé sa colocataire du résultat. «Cette conversation m’a énormément soulagé», dit Sebastian. S’il devait refaire le test aujourd’hui, il en parlerait à quelqu’un ou se ferait même accompagner pour faire le test. «Plus tôt vous en parlez à quelqu’un, mieux c’est», dit-il rétrospectivement.

Peu après, Sebastian a commencé son traitement. «J’ai lu des témoignages d’autres personnes séropositives et je me suis renseigné pour savoir en quoi consistait le traitement du VIH, mais vous n’avez en fait aucune idée de ce qui vous arrive. Et j’avais tellement de questions en tête.»

«Cela vaut la peine de se renseigner, de demander des conseils, de recueillir les expériences d’autres personnes séropositives.»

Il est conseillé de consulter un médecin spécialiste au début du traitement. Les coordonnées de spécialistes et des conseils sont disponibles auprès des antennes de l’Aide Suisse contre le Sida ou des centres de dépistage. Sebastian dit: «Cela vaut la peine de se renseigner, de demander des conseils, de recueillir les expériences d’autres personnes séropositives.»

Avant le premier entretien, il faut réfléchir à ce que l’on voudrait savoir. Le conseil de Sebastian: «Prendre son temps, dresser une liste de questions et les soumettre au médecin jusqu’à ce que tous les points soient cochés. En outre, dans les jours qui suivent l’entretien, il faut s’interroger pour voir si tous les points importants ont pu être clarifiés.» Et il faut se demander dans quelle mesure on souhaite participer à l’élaboration de son propre traitement.

fr.depositphotos.com

Sebastian a pu discuter de toutes ses questions et de tous ses besoins avec son médecin. Cela lui a permis de s’en remettre entièrement à son expérience et à son expertise et de débuter le traitement approprié. «Après tout, au début, on ne s’y connaît pas vraiment et on n’a aucune expérience.» Mais au bout d’un certain temps, le traitement peut être ajusté. «Nous avons adapté mon traitement en raison des effets secondaires. Au début, je devais prendre trois comprimés, aujourd’hui, la dose standard est de un comprimé par jour», explique Sebastian. Le fait de pouvoir parler ouvertement à son médecin, de ne pas avoir honte ou peur, de pouvoir discuter et de ne pas simplement devoir tout accepter est incroyablement important pour lui. «Je souhaite vivre aussi longtemps et en bonne santé que possible – on a donc intérêt à bien s’entendre et il faut que le traitement soit vraiment adapté.»

Qu’est-ce qui a le plus changé pour Sebastian? «Pour moi, vivre ne va plus de soi», dit-il. «Je vois beaucoup de choses différemment, je suis plus reconnaissant et j’ai réalisé que mon corps était précieux et qu’il valait la peine qu’on le soigne.» Sebastian est déterminé à tirer le meilleur parti de sa vie. Il fait du bénévolat, veut sensibiliser sur le sujet et aider d’autres personnes séropositives. «Non seulement j’ai tiré le meilleur parti de mon infection par le VIH pour moi-même, mais je peux aussi aider d’autres personnes grâce à mon expérience.»

Journée mondiale de lutte contre le sida 2020
Depuis 1988, la Journée mondiale de lutte contre le sida est célébrée chaque année le 1er décembre. Elle réaffirme les droits des personnes séropositives dans le monde et appelle à vivre ensemble sans préjugés ni exclusion. En outre, la Journée mondiale de lutte contre le sida commémore les personnes décédées des suites du VIH et du sida. Vous trouverez de plus amples informations sur la JMS auprès de l’Aide Suisse contre le Sida.

CHECKPOINT Zurich est l’un des plus grands centres de santé pour le VIH et les autres IST en Suisse. Benjamin Hampel, codirecteur médical, recommande de toujours s’adresser à un spécialiste pour faire un test VIH. «Avant d’aller faire un test, réfléchis à la manière dont tu réagiras en cas de résultat positif», explique-t-il. Il est important de se demander si c’est le bon moment. Si, par exemple, on a un examen ou une présentation important(e) deux jours plus tard, il serait peut-être préférable d’attendre quelques jours de plus. En outre, il faut se demander avec quelles personnes de son entourage on souhaite partager le résultat du test.

Si le test de dépistage du VIH est positif, il est important de commencer le traitement immédiatement. «À moins que la personne n’y soit pas encore prête», explique Benjamin Hampel. Au début, il y a toujours l’entretien thérapeutique. Afin de trouver le bon traitement, le médecin doit savoir exactement où en est le patient. C’est pourquoi il peut être utile d’y réfléchir au préalable:

» Quel est mon quotidien?
» Quelle est ma condition physique et mentale?
» Qu’est-ce qui est important pour moi lorsque je prends des médicaments?
» Est-ce qu’on m’a diagnostiqué d’autres maladies?
» Quels médicaments ou autres préparations dois-je prendre régulièrement?
» Où en suis-je en termes de consommation de tabac, d’alcool et de drogues?

CHECKPOINT Zurich est un centre de santé comptant 30 collaborateurs, pour les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, les personnes trans et les autres personnes homosexuelles.

Benjamin Hampel. Photo DR
Benjamin Hampel et ses collègues se considèrent obligés de créer une atmosphère d’ouverture et de confiance. «Il est tout à fait normal que les patient-e-s soient submergé-e-s au début, qu’ils aient peur du traitement et de la stigmatisation.» C’est pourquoi CHECKPOINT propose également des conseils psychologiques. Les patient-e-s peuvent bénéficier de conseils appropriés avant le test de dépistage du VIH ainsi qu’avant et pendant le traitement.

Il souligne également qu’un traitement une fois défini n’est pas gravé dans le marbre. Les situations de vie changent et grâce aux nouveaux médicaments, les possibilités d’optimiser les traitements existants sont nombreuses. Les personnes séropositives doivent donc parler ouvertement de leurs besoins à leur médecin.


Fighting HIV Together

Si tu vis avec le VIH, il est important que tu saches où tu en es, quelles possibilités s’offrent à toi et comment tu peux vivre en accord avec tes convictions. Sur la plateforme LiVLife de ViiV Healthcare, tu trouveras beaucoup d’informations qui peuvent t’aider.

LiVLife a été développée par et avec des personnes séropositives et s’appuie sur les résultats des recherches et l’expérience de la communauté VIH – dont des personnes qui aiment raconter leur histoire. Outre l’amélioration de la qualité de vie des personnes séropositives, l’accent est mis tout particulièrement sur la lutte contre la stigmatisation.

Article proposé en partenariat avec ViiV Healthcare
NP-CH-HVU-WCNT-200003/11.20

.

Thèmes: VIH/Sida 

À lire également