René Desbaillets (à g.) avec Luc Barthassat. Photo FB

Nouvel élu accueilli par un dérapage homophobe

Des propos tenus sur Facebook par l’ancien député PLR René Desbaillets et visant le nouveau conseiller d’Etat Thierry Apothéloz ont suscité un tollé.

L’élection ce dimanche à Genève d’un nouveau membre du Conseil d’Etat (Exécutif cantonal) ouvertement gay a donné lieu à un dérapage nauséabond de la part d’un ancien élu libéral-radical. Le soir même de l’élection, sur Facebook, René Desbaillets a posté un embarrassant message de soutien public au grand perdant de la journée, le démocrate-chrétien Luc Barthassat, non réélu: «De tout coeur avec toi Luc! Genève préfère les beaux parleurs et les homos. Lamentable!!!»

L’allusion, limpide, visait le socialiste Thierry Apothéloz, élu dimanche au gouvernement. L’ancien maire de Vernier avait choisi de faire son coming-out lors de la campagne de 2013 pour le Conseil d’Etat, dans une interview à «360°». Du jamais-vu dans la République, et plus généralement dans les Exécutifs des cantons romands.

Amalgame nauséabond
Dimanche soir, René Desbaillets ne s’est pas arrêté là. Devant les réactions outrées provoquées par son commentaire, le viticulteur de Satigny a accusé ses contradicteurs d’être eux-mêmes homosexuels. «On y retrouve malheureusement un grand nombre de pédophiles», a-t-il ajouté.

Il faut croire que la gueule de bois a été sévère, ce lundi matin – autant que le remontage de bretelles de la part du PLR, premier parti du canton, dont le président a qualifié les propos de son ancien député de «détestables et inacceptables». René Desbaillets a ainsi exprimé ses regrets et présenté ses excuses au nouveau ministre, qui n’a pas réagi dans l’immédiat. Contacté par «20 minutes», Desbaillets a admis qu’il «avait été malhonnête et trop loin», tout en restant vague quant à son amalgame homosexualité-pédophilie, précise le site du quotidien.

À lire également