Une boîte gay dans le viseur du couple de jihadistes romands

L’amie d’un suspect suisse détenu en France a reconnu avoir évoqué avec son compagnon l’idée d’attaques terroristes sur sol helvétique. Rien de concret, assure-t-elle.

Un couple d’Yverdon songeait à faire dérailler des trains ou à attaquer un club accueillant des soirées gay en Suisse. C’est ce qu’a révélé l’émission de la télévision alémanique SRF «10 vor 10». L’homme, un Suisse d’origine balkanique de 27 ans, est actuellement détenu en France. Depuis l’attaque du Pulse, à Orlando (USA), en juin 2016, les établissements gay ont été plusieurs fois cités comme possibles cibles d’attentats. Un projet de ce type aurait été déjoué à Paris en août dernier.

La jeune femme, une Colombienne convertie à l’islam, est en instance d’expulsion. Interrogée par SRF, elle a assuré que les projets d’attaque étaient des paroles en l’air: «C’est toujours resté au niveau de la discussion, ce n’est jamais allé plus loin». Selon la «NZZ am Sonntag», son compagnon prévoyait toutefois de passer à l’action avec une attaque à la voiture folle à Nice, sur le modèle de l’attentat du 14 juillet 2016.

«Cerveau» recherché
Le Vaudois ferait partie d’une cellule jihadiste franco-suisse impliquant une dizaine d’individus. Celle-ci aurait été dirigée par un autre Suisse, également âgé de 27 ans, qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt international après avoir séjourné en Syrie dans les rangs du groupe Etat islamique.

À lire également