Tendances Mode

L’âge de cristal

27 mars 2020

Photo: Claude Gasser

À ceux qui en doutent encore, Julian Zigerli prouve qu’il y a la place en Suisse pour créer une mode à la fois fun, bigarrée, positive et sexy.

Lorsqu’on fait la liste de ce que l’on sait mieux faire que les autres en Suisse, la mode n’arrive jamais dans le trio gagnant graphisme-design-architecture. Pourtant, elle est un peu les trois à la fois. Question de tempérament peut-être? Laissons de côté les spéculations et concentrons nous plutôt sur les designers qui font le choix de créer en Suisse. Parmi eux, Julian Zigerli saute immédiatement à l’esprit. Tout comme d’autres marques helvétiques, telles qu’Ottolinger, le designer jouit d’une notoriété internationale, tout en ayant renoncé aux sirènes des capitales fashion Paris, Londres ou Milan.

Son bachelor de l’Université des arts de Berlin en poche, le designer écoute son flair qui lui souffle de revenir à Zurich pour y créer sa marque en 2011. Zurich, la ville où il a grandi, où sa famille et ses ami.e.s l’accueillent à bras ouverts après son exil allemand de six ans. «Berlin est une ville magnifique, très créative, où tout est encore possible. C’est aussi la ville où j’ai fait mon premier défilé solo», se souvient-il. «Les gens vont et viennent et j’y ai vu émerger énormément de jeunes designers. Mais quand j’ai décidé de créer ma marque, j’ai préféré ne pas être fondu dans la masse.» De ses années berlinoises, il garde l’élan d’aller à contre-courant, l’humour aussi.

L’artiste berlinois Andy Kassier (photo de dr., au milieu) est l’inspiration et la muse de la collection printemps-été 2020 de Julian Zigerli.

Imprimés arty en tout confort
Neuf ans après sa première collection, le designer de 35 ans est à la tête d’une petite équipe composée de six personnes, qui travaillent à temps partiel entre le shop et le studio de création. «C’est une histoire de famille, mon père et ma mère m’aident à la boutique», sourit-il. Au fil des saisons, il fait des imprimés en collaboration avec des artistes, sa marque de fabrique. Positivité, gammes chromatiques hautes en couleurs et un brin de dérision apportent le supplément d’âme à ses collections. «Nous faisons la promotion de la gentillesse à travers nos créations, ce qui n’est pas très commun dans l’industrie de la mode», avoue-t-il dans un éclat de rire. «Cela ouvre des horizons, nous avons une clientèle de 16 à 80 ans, hommes et femmes confondus.»

Mais avant tout, sa mode est sexy. Sans se prendre trop au sérieux, il aime insuffler du confort dans ses vêtements pour les rendre accessibles à tout le monde. «La communauté LGBTIQ+ est une base importante de notre clientèle, nous entretenons une relation naturelle sans être mariés», précise-t-il en rigolant. «Nous tenons à la mixité qui nous caractérise. Il s’agit plus d’une célébration de la personnalité à travers ce qui peut nous toucher, comme les voyages, l’architecture ou l’art.»

Julian Zigerli crée à Zürich une mode qui diffuse de la positivité à la ronde. ©Claude Gasser

Too big to fail
Sa collection printemps-été 2020 n’échappe pas à la règle. Baptisée «In Julian Zigerli We Trust», l’artiste berlinois spécialisé dans l’autoportrait, Andy Kassier, en est la muse. «Cela faisait longtemps que je voulais collaborer avec lui, son travail est une forte inspiration pour moi.» En plus de son visage imprimé en série, ses pensées diffusant la vraie sagesse – comme celles que l’on découvre dans les biscuits chinois une fois cassés – ornent certains T-shirts: «Too big to fail», voilà un message à se faire pousser des ailes!

L’artiste, qui est également le visage de la campagne, devait participer fin avril à une performance avec la marque pendant le Gallery Weekend à Berlin (ndlr: reporté à septembre). «Cette saison, nous faisons un vrai focus sur l’art», explique Julian Zigerli. Celles et ceux qui aiment ce qui brille seront servis avec les accessoires et autres pièces incrustés de cristaux Swarovski: «Il ne s’agit pas à priori d’un matériau très masculin, mais on s’est bien amusé en l’appliquant de façon un peu décalée et ça fonctionne très bien», conclut-il d’un ton assuré. En attendant une prochaine virée à Zurich, rendez-vous sur son site pour commander les indispensables T-shirts à bite ou poitrine, finement stylisés en cristaux!

À lire également