Grindr va repasser dans le giron américain

Sous pression de Washington, le propriétaire chinois de l’app de rencontres gay est sur le point de revendre l’app aux 27 millions d’utilisateurs. Et d’empocher une jolie plus-value.

Beijing Kunlun Tech s’apprête à céder l’application de drague gay, ont révélé des documents déposés vendredi auprès des autorités boursières de Shenzhen. L’entreprise chinoise active dans les jeux vidéo avait mis la main sur Grindr dès 2016, mais était depuis l’an dernier sous pression du gouvernement américain pour qu’elle la revende. Washington dénonçait le risque stratégique de voir le régime chinois exploiter les données de l’app afin d’exercer un chantage sur des millions de citoyens US, notamment sur des fonctionnaires, des militaires et des employés d’entreprises sensibles.

L’acheteur est une holding plutôt méconnue, note TechCrunch. Basée dans l’État du Delaware, San Vicente Acquisition serait prête à débourser 608 millions de dollars d’ici juin, plus du double du prix total payé par Kunlun entre 2016 et 2018 pour acquérir la start-up basée à Los Angeles.

Grindr est par ailleurs dans le collimateur des associations de consommateurs sur la revente des données personnelles de ses quelque 27 millions d’utilisateurs à des entreprises tierces. Une pratique qui violeraient la réglementation européenne.

À lire également