La campagne, symbolisée par la cravate arc-en-ciel (clin d'oeil à l'uniforme scolaire) était soutenue par une large alliance interpartis au Parlement.

L’Écosse pionnière de l’enseignement LGBTI

Le gouvernement d’Edimbourg a adopté un programme ambitieux pour intégrer les questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre dans les programmes scolaires.

Les écoles publiques d’Ecosse seront tenues de faire une place à l’histoire du mouvement LGBTI, à sa terminologie, ainsi qu’à la lutte contre l’homophobie et la transphobie. Cet engagement unique au monde, qualifié d’«historique», a été pris cette semaine par le gouvernement d’Edimbourg, qui a entériné les recommandations de la campagne Time for Inclusive Education (TIE).

Le plan se déploiera sur toute la scolarité, des petites classes, où une attention sera portée aux stéréotypes de genre, jusqu’aux lycées, où l’inclusion des LGBTI sera au menu des cours de sciences sociales, d’anglais et même de mathématiques. Ainsi le travail du cryptologue et héros de Seconde Guerre mondiale Alan Turing pourra, par exemple, faire une place à sa vie en tant qu’homosexuel dans l’Angleterre de l’après-guerre.

«Un message fort et clair aux jeunes LGBTI»
Les promoteurs de TIE se sont félicités de la décision, qui permet de tirer un trait définitif sur l’héritage de la Section 28, ces dispositions prises sous l’ère Thatcher qui bannissaient la «promotion» de l’homosexualité. Elles avaient été abrogées en 2001 en Ecosse, et deux ans plus tard dans le reste du Royaume-Uni, rappelle la BBC. «En ces temps d’incertitude mondiale, cela envoie un message fort et clair aux jeunes LGBTI écossais, à savoir qu’ils comptent», a déclaré Jordan Daly cofondateur de TIE.

Blair Wilson

Selon une étude menée pour la campagne TIE, 9 élèves LGBTI sur 10 en Ecosse, estiment avoir fait l’expérience de la discrimination et du harcèlement. Cet été, la problématique avait été incarnée par Blair Wilson, un jeune de 21 ans qui avait posté un selfie où il apparaissait le visage en sang, mais avec un large sourire, après avoir confronté un homme qui lui lançait des insultes homophobe. Son témoignage lui avait valu les félicitations de la Première ministre, Nicola Sturgeon.

1 comments

Comments are closed.

À lire également