Genève

Viktor Rom fait son show

ven 26 juillet, 23:59
Genève

La Rioule du 1er août

jeu 1 août, 16:00
Lausanne

Bordello Foam

mer 31 juillet, 22:00
Neuchâtel

Dragâteloises «Fairy Tale»

sam 24 août, 18:30

Dolce & Gabbana, traîtres à la cause LGBT?

Une interview où les deux stars gay du prêt-à-porter réaffirment leurs réserves vis-à-vis du mariage homosexuel et des familles homoparentales donne lieu à un appel au boycott.

Faut-il brûler ses coûteux t-shirts et lunettes de soleil frappés de la prestigieuse double initiale? Certains militants LGBT italiens s’y préparent, depuis qu’ils ont lu l’entretien de Domenico Dolce et Stefano Gabbana publié par le magazine «Panorama». En marge de la Fashion Week de Milan, les deux icônes de la mode, en couple pendant 20 ans (aujourd’hui séparés) n’ont pas été tendres avec les familles arc-en-ciel. «Dolce et Gabbana: L’unique famille qui soit est la famille traditionnelle», cite la revue sur sa Une, illustrée d’une sinistre photo sépia des deux quinquagénaires.

Du boulot pour les psys
«Je ne suis pas convaincu par ceux que j’appelle les enfants de la la chimie, des enfants synthétiques. Des utérus à louer, du sperme choisi sur catalogue…» a déclaré Domenico Dolce. Et d’estimer qu’avec ces gamins, les psychiatres vont avoir du pain sur la planche. «La vie a un parcours naturel, il y a des choses qu’il ne faut pas modifier», a ajouté Stefano Gabbana. Qui a toutefois confié qu’il s’il lui était possible d’être père, il le ferait «immédiatement».

Le couple (juste avant la séparation) jouait la famille nombreuse pour "Vanity Fair".
Le couple (juste avant la séparation) jouait la famille nombreuse pour « Vanity Fair ». Cliquer sur l’image pour agrandir.
La position des deux millionnaires du prêt-à-porter n’est pas nouvelle. Dolce (qui se définit comme catholique pratiquant) et Gabbana ont souvent exprimé leurs réserves par rapport aux unions entre personnes de même sexe et à l’adoption. Malgré cela, ils s’étaient prêtés à des interviews où ils exprimaient leur désir d’enfants (au moins dix, «pour faire une équipe de foot»!) Ils posaient au milieu de quelques adorables figurants en couches-culottes pour «Vanity Fair», comme le rappelle Gay.it. Gabbana avait ensuite expliqué qu’il envisageait d’élever sa progéniture aux côté de la mère de ses enfants. Un projet qu’il n’a jamais réalisé.

«Attaque»
Dans une Italie où les réformes élémentaires en faveur des gays et lesbiennes sont toujours bloquées au Parlement, les propos de Dolce et Gabbana sont très mal passés auprès de la communauté LGBT. Un débat enflammé s’est engagé entre tenants de la «liberté d’opinion» et internautes indignés. Au lendemain de la sortie de l’interview, un boycott de la griffe était lancé. Le site LGBT News Italia, à l’initiative de l’action, estime que «l’attaque» n’est pas moins grave que celle livrée par l’empereur de la pasta, Guido Barilla, en 2013. Dans un appel aux accents psychodramatiques, le texte fustige les deux stylistes, coupables, selon l’auteur, de reprendre le discours des «croisés antigay» catholiques. «Alors qu’ils doivent à la communauté LGBT la célébrité et le bien-être économique. Cette attaque intestine est d’autant plus insupportable et douloureuse.»

Le chanteur Elton John est la première star à suivre le boycott. Par un tweet diffusé samedi, l’artiste anglais – qui est père de deux enfants qu’il élève avec son mari – a qualifié les stylistes de «donneurs de leçons» et leurs idées d’«archaïques».

One thought on “Dolce & Gabbana, traîtres à la cause LGBT?

  1. Ils ont le droit de penser ça… Le culte marial (De la vierge marie) est très développé en Italie et la famille dite traditionnelle y est très importante.
    Qu’on soit d’accord ou pas c’est leur droit, et cet appel au Boycott relève d’une très grande intolérance: Si vous ne pensez pas comme moi vous êtes des salauds .

Comments are closed.