Milliardaires LGBT, un club très fermé

Le magazine américain n’a recensé que six gays et pour la première fois une transsexuelle dans sa liste des plus grosses fortunes mondiales.

Eh non: n’en déplaise à ceux qui croient que le monde est sous la coupe de puissants homosexuels, le club des super-riches n’est pas truffé de magnats ouvertement gay, lesbiennes, bi et trans. Dans son classement mondial des milliardaires, le magazine américain «Forbes» n’en a déniché que sept… sur 1645. Sans suprise, presque tous sont Américains. Le premier reste le producteur de musique et investisseur américain David Geffen – 227e fortune mondiale. Découvreur des Eagles ou de Guns N’Roses, il est aujourd’hui, à 71 ans, à la tête d’une fortune dépassant les 6 milliards de dollars, notamment à travers ses participations dans Apple et dans les studios DreamWorks.

Au deuxième rang des mégafortunes LGBT se trouve le cofondateur de PayPal Peter Thiel, 46 ans. Il est à la tête d’un pécule de 2,2 milliards de dollars, qu’il a accumulé grâce à des placements précoces dans une petite boîte nommée Facebook.

Première trans
Pour la première fois, une personne transsexuelle apparaît cette année dans le classement de «Forbes». Héritière de la famille propriétaire des hôtels Hyatt, Jennifer Pritzker (1,8 milliard de dollars) est à la tête d’un fonds d’investissement. Elle a publiquement annoncé son changement d’identité de genre l’été dernier.

Vient ensuite les seuls non-Américains du classement: le couple italien Domenico Dolce, 56 ans, et Stefano Gabbana, 51 ans. Les propriétaires de la griffe de mode éponyme disposent de 1,65 milliard de dollars chacun. Dans le même domaine d’activités, le boss du label Kors de prêt-à-porter féminin, Michael Kors, fait son entrée dans le classement (1 milliard). Enfin, le magnat de l’équipement médical Jon Stryker (1,6 milliard) apparaît aussi dans la liste des super-riches. Stryker figure, par ailleurs, parmi les plus importants donateurs pour les associations de lutte en faveur des droits des LGBT aux Etats-Unis.

À lire également