Bars & Clubs

HRDR #12

Bâle, sam 17 décembre, 23:00
Festival

Arosa Gay Ski Week

Arosa, 21 janvier 2023 - 28 janvier 2023
Culture

Foucault en Californie

Lausanne, ven 2 décembre, 20:00 - sam 17 décembre, 17:00

Bombe-moi la fesse

Le très sérieux «New York Times» a enquêté sur ces hommes qui en ont marre d’avoir le cul plat et décident de donner des courbes à leur séant. L'industrie du slip se frotte les mains.

«Qu’est-ce que vous regardez en premier chez un homme?», Michel Denisot ne perdait rien pour attendre la réponse de son invitée Catherine Lara dans l’émission Mon Zénith à moi en 1986: «Sa femme». Aussitôt dite, la déclaration de «la rockeuse de diamants» se hissa dans le peloton des citations cultes des célébrités. Evidemment, tout le monde ne partage pas son opinion. A cette question, outre le regard et les mains, les fesses font généralement partie du Top 3 des critères qui font qu’un homme est considéré comme sexy ou pas. Don de la nature pour certains, cruelle injustice pour les autres, avoir un délicieux booty est une loterie chez les mecs. Pour les moins chanceux, avoir une chute de reins bien prononcée terminant sur un beau cul rebondi s’apparente souvent à une quête du Graal. Eux aussi peuvent y arriver et tordre le cou au destin qui leur a valu un cul banal, voire inexistant.

Quelques solutions s’offrent à eux: la première consistant à rentabiliser illico son abo au fitness en s’y rendant au moins trois fois par semaine pour y subir le programme concocté sur mesure par un personal trainer zélé. Les fesses étant des muscles comme les autres, les résultats se voient assez rapidement. La deuxième solution, plus onéreuse, conviendra mieux aux allergiques aux salles de sport: la chirurgie esthétique. L’opération n’a rien de sorcier, il suffit de prélever la graisse de l’abdomen et des poignées d’amour pour l’injecter dans les fesses. Le recto au service du verso, où «prendre la graisse là où on ne la veut pas pour la mettre là où on la veut», comme l’explique Jeff Vickers, un citoyen américain hétéro, dans l’enquête menée à ce sujet par le «New York Times» en juillet. Un sujet bien actuel, puisque le marché de la fesse rebondie explose chez les hommes, gays et hétéros confondus.

Wonderbutt
Les chiffres parlent d’eux-mêmes: selon une enquête menée aux Etats- Unis par la Société Américaine de Chirurgie Esthétique sur les interventions les plus courantes, les hommes représentent 6,2% des opérations aux fesses actuellement. Contre 2,2% en 1997. Mais avant d’en arriver là, les sous-vêtements lifteurs représentent une autre alternative pour au moins donner l’illusion de jolies fesses bien bombées. Dans la même enquête, Matthew Butlein, le directeur de la boutique en ligne Freshair, observe une augmentation de 6% des slips trompe-l’œil en cinq ans.

C’est Greg Olvera qui se frotte les mains aujourd’hui. Cet esprit visionnaire est le premier à s’être attaqué au marché du slip spécial fesses rebondies en 1996. L’idée lui venue pendant un cours marketing à Malibu en Californie, lorsqu’un de ses camarades s’est mis à parler des ventes phénoménales de l’ancêtre féminin du genre, le Wonderbra. «Si les femmes ont droit à des sous-vêtements améliorant la nature, pourquoi pas les hommes?», pensa-t-il. Comme quoi, un coup de génie ne tient parfois qu’à un bon coup de booster.

2 thoughts on “Bombe-moi la fesse

  1. On a les fesses qu’on a ! Pourquoi toujours vouloir être à la perfection. Y en a juste marre des mecs trop parfait qui ne pensent justement qu’à leur abdo en allant 5 fois par semaine au fitness et en mangeant que la gamme « léger » de la Migros. Vous êtes d’un triste à souhait !

Comments are closed.