Tendances

D’étranges hackers gay sèment la pagaille sur Tumblr

Un collectif d’«homosexuels africains-américains» a revendiqué une attaque contre le réseau de blogs Tumblr. Ses motivations apparaissent aussi farfelues qu’obscures.

Une attaque par ver informatique qui aurait infecté des milliers de comptes Tumblr a été revendiquée par un collectif prétendument gay. Elle se signale par un message signé d’une mystérieuse Gay Nigger Association of America (GNAA, «Association gay négro d’Amérique») qui s’est affichée sur de nombreux blogs du réseau, dont ceux de plusieurs grands journaux américains. On peut y lire que le piratage est une «réponse à la croissance pandémique et mondiale de la connerie la plus foutrement nulle, forcée, bourgeoise, complaisante et décadente qu’internet ait eu le malheur de faciliter».

Un porte-parole autoproclamé de GNAA a donné des explications fumeuses sur l’opération, décrite tantôt comme une dénonciation des failles de sécurité de Tumblr, tantôt comme une réaction à l’abaissement des «normes journalistiques». Gawker note qu’au lendemain du passage de l’ouragan Sandy, des membres du collectif s’étaient fait passer pour des pilleurs de maison. Des journalistes étaient tombés dans le panneau.

Feu sur «Mon petit poney»
Ce ne sont pas les seules cibles des hackers, qui tirent à boulets rouges sur une certaine culture ado, gay et geek, dont les principaux représentants seraient les «brownies» – l’improbable communauté de fans masculins du dessin animé «Mon petit poney». «Le fait que ces gens pensent que regarder un show pour petite filles fait d’eux une minorité opprimée est absolument répugnant. Il existe de vraies minorités opprimées, comme les Africains-américains homosexuels», indique le représentant de GNAA à Gawker. Cette offensive rappelle celle de SwagSec, un collectif de hackers se réclamant lui aussi des «homosexuels africains-américains». A l’été 2011, il avait piraté plusieurs sites de stars gay-friendly pour des raisons à peu près aussi obscures.

Thèmes: Etats-Unis  Hackers  Internet 

À lire également