Genève

Laundrette

ven 31 mai, 23:59
Genève

Lovely Autonomy

jeu 6 juin - dim 9 juin
Montreux
#places à gagner

Henry Moodie + Lauren Spencer Smith

ven 5 juillet, 20:30
Genève

360° Fever Party

sam 1 juin, 21:30

Un baiser gay dans un clip de rap

L'artiste de hip-hop américain Murs crée le buzz avec une vidéo controversée où il incarne un jeune qui n'assume pas son homosexualité.

Le rap américain est-il en train de devenir plus gay-friendly, ou est-ce les gays qui se rapprochent de ce style musical? Toujours est-il qu’après le large écho rencontré par le coming-out du prometteur Frank Ocean, le rappeur Murs fait le buzz à son tour, avec une vidéo-choc résolument engagée.

Dans «Animal Style», on découvre deux jeunes amoureux: un blanc et un noir, le premier qui mène une vie rangée, l’autre qui déconne, l’un qui assume son homosexualité et l’autre dans le placard. Le rappeur, qui incarne le bad boy, n’hésite pas à échanger un baiser avec l’acteur qui joue son boyfriend. «Je voulais pousser le public à se demander: l’amour que partagent deux personnes du même sexe est il vraiment différent de celui que j’éprouve pour mon partenaire du sexe opposé?», explique l’artiste de 34 ans sur sa page YouTube. Le clip aborde aussi la question de la violence homophobe et la haine de soi, avec un dénouement qui a divisé les commentateurs…

4 thoughts on “Un baiser gay dans un clip de rap

  1. La fin de la chanson de Monis *A nos actes manqués* me donne la chair de poule…

  2. Deux rectifications :
    – Murs « n’incarne » pas le personnage gay de la chanson. Il est le narrateur de l’histoire.
    – La fin du clip n’a pas vraiment divisé les commentateurs cibles, soit les individus qui écoutent du rap US, mais plutôt une partie de la communauté gay (et notamment française) qui n’est pas nécessairement très éclairée sur la violence liée à l’homophobie dans les milieux sociaux les plus vulnérables aux Etats-Unis.

    Beaucoup de choses ont évolué dans le bon sens pour les homos dans le hip hop US dernièrement. Depuis hier, Le1f, un jeune rappeur homo new-yorkais signé sur le label du groupe Das Racist cartonne sur Internet : http://www.youtube.com/watch?v=Nrnq4SZ0luc&feature=player_embedded

  3. Après avoir visionné la vidéo du rappeur américain Murs et celle du rappeur français Monis, deux cas isolés de rappeurs gay-friendly, voici mes impressions :

    Le rappeur américain Murs, dans sa vidéo, démontre également l’homophobie au sein même du milieu Rap (le petit copain rappeur du jeune gay devient honteux, homophobe et agressif envers lui, lorsqu’il est entouré de ses copains rappeurs)

    Tandis que dans la vidéo de démarche anti-homophobe du rappeur français Monis, ce dernier préfère cibler Christian Vanesste (un homme politique attaché aux valeurs de famille conventionelles, et contre les avancées des droits homosexuels).
    Mais par contre, il n’apparait aucune dénonciation de la part de Monis contre l’homophobie du milieu Rap et Ragga.

    C’est ainsi que ça marche en France : pour des raisons de revendications politiques anti-droite, une certaine partie du communautarisme gay , préfère fermer les yeux sur l’homophobie provenant du Gangsta-Rap, du Ragga, et de l’Islam, et préfèrent pointer du doigt comme seul coupable leur ennemi de toujours : la droite et la religion chrétienne (alors que les musulmans en général sont bien plus homophobes que les chrétiens en général).

    C’est un peu comme le racisme : alors que les anti-racistes français dénoncent un racisme qui ne va que dans un sens (le racisme des blancs), les américains (comme le réalisateur Spike Lee) prennent en considération l’ensemble du racisme, présent dans toutes les communautés, qu’elles soient blanches, noires, ou latino-américaines.

Comments are closed.