Un sparadrap sur le fossé des générations

REVUE DE PRESSE – Drogue, violence et goûts de chiotte: les jeunes d’aujourd’hui inquiètent, effraient et consternent. Dieu merci, la presse gratuite nous informe et nous rassure.

Entre les articles de saison sur les allergies et la constipation («Il est sensé de prendre Dulcolax en cas de besoin»), le captivant Pharmacie chez soi présente un dossier sur la violence et la toxicomanie. En introduction, Ueli Remund, un enseignant, relate la projection d’un film ethnographique à ses élèves, une expérience qui lui a procuré «un sentiment désagréable… On y voyait, raconte-t-il, des guerriers qui se fardaient soigneusement. Peu avant que la fête commence, ils s’insufflaient une drogue dans les narines afin d’entrer en transe.» Dès lors, pas étonnant que les jeunes se fassent des rails dans les soirées techno. Pire encore: ils développent d’étranges rituels tribaux. Ainsi, Ça se passe comme ça propose aux convives des MacDo savoyards de télécharger des ringtones, de tuner leur caisse virtuelle, voire «se créer un total look Destiny’s Child» – avec juste 210 euros pour un «petit top en strass doré Gianfranco Ferré». Top accablant.
Assumant son rôle de pont entre les générations, Migros Magazine nous rassure en présentant aux usagers de la Cumulus deux ados tout droit sortis du ghetto lucernois: Hanessy et Becko adeptes du look «bling bling», «baggy» et «durag». «Personnaliser ses habits: un moyen de se démarquer d’un look uniforme», nous explique-t-on sous une photo où Becko arbore deux sparadraps audacieusement collés sur son blouson. Yo, Hansaplast is cool, man! D’ailleurs, la maman de Becko est ravie: non, les fringues sont pas si chères; en plus, «ils ne boivent pas et ne fument pas – ce sont
de beaux jeunes gens en pleine santé.» De fait, les jeunes semblent regarder avec plus de sévérité leurs aînés – entendez la génération des plus de 27 ans. Et de slammer, avec Bluette Staeger dans Quartier Libre, «Lance une nouvelle mode / Nature et harmonie comme mascotte / Et de toute cette merde le boycott / Car fumer et boire c’est plutôt ringard / Voilà ce que font encore les septante-huitards.»