Suisse Tourisme

Le ski gay fait un flop dans l’Oberland bernois

16 déc. 2010

Grindelwald renonce à organiser sa première semaine de sports d’hiver visant le marché homo haut de gamme. Le marketing de l’événement aurait totalement raté sa cible.

L’événement avait été lancé au printemps dernier à grands renforts de flyers: une semaine de ski «all-inclusive» destinée au public gay suisse et international. Lancée par deux hôtels de luxe de la station de Grindelwald, elle devait se dérouler pendant le «creux» touristique, du 16 au 23 janvier.

Sur le papier, le programme (calqué sur celui créé avec succès par l’Arosa Gay Skiweek) promettait nombre d’apéros après-ski, une mousse party et des gogo dancers. Toutefois, mardi le site de l’événement bernois annonçait que l’édition 2011 n’aurait pas lieu.

Marketing fade
Interrogé par la «Berner Zeitung», l’un des promoteurs de l’opération a refusé de révéler les raisons de l’annulation. Toutefois, selon le «Outdoorblog» de la journaliste Natascha Knecht, le manque de réservation serait en cause. Pas étonnnant, selon Knecht, qui note que le «concept marketing était malheureusement trop fade et n’a éveillé aucune passion au niveau national ou international.» Pourtant, la semaine se proclamait haut de gamme, avec des prix en conséquence: de 2500 à 6500 francs la semaine.

Si elle a laissé les gays de marbre, la Grindelwald Gay Skiweek a, en revanche, fait dresser les cheveux sur la tête de quelques habitants de la région. Certains avaient publiquement exprimé leurs craintes que le débarquement de 200 homosexuels dans la station du pied de la Jungfrau porte atteinte à la réputation de Grindelwald, tandis que d’autres parlaient de «sacrilège»… Malgré tout, les organisateurs ont toutefois fait savoir qu’ils restaient toutefois «prêts à organiser l’événement pour 2012».

À lire également