Suisse Berne

11 ans de prison pour le père de Cataleya

23 déc. 2020

Les images des blessures de Cataleya avaient fait le tour du monde.

Un Irakien de 54 ans a été reconnu coupable de tentative d’homicide sur son enfant, qu’il croyait homosexuel. La victime, aujourd’hui une jeune femme trans, avait survécu in extremis.

Le Tribunal régional de Burgdorf, dans le canton de Berne, a condamné hier le père de famille qui avait tenté de tuer son fils de 17 ans – aujourd’hui une jeune femme en transition prénommée Cataleya – aux cris de «Tu es pédé!». L’Irakien de 54 ans écope de 11 ans de prison et de 12 ans d’expulsion de Suisse. Il devra en outre payer 20’000 francs d’indemnités à la victime.

L’homme avait attaqué son enfant dans son sommeil, un matin de mai 2019, dans l’appartement familial de Langnau im Emmental. Il lui avait causé de profondes blessures au cou et à l’abdomen avec un couteau. Cataleya avait trouvé refuge chez une voisine, avant d’être héliportée à l’hôpital, échappant de peu à la mort.

Mobile pas seulement homophobe

Les expertises des traces de sang dans la maison et des blessures de la victime ont conclu à l’improbabilité que Cataleya se soit elle-même infligée ces blessures, comme le suggérait la défense. Les jurés ont toutefois estimé que l’orientation sexuelle présumée de l’ado n’était qu’une partie du mobile.

Ils ont noté la relation tendue que le père, musulman, entretenait déjà avec l’ado, qui consommait de l’alcool et du cannabis et avait des difficultés dans son apprentissage.

«Très soulagée»

«L’enfant ne correspondait pas à sa vision du monde. Pour cette raison, il a froidement pris la décision de tuer l’enfant endormi», a résumé le juge, cité par «20 Minuten». «La justice prévaut, je suis très soulagée», a pour sa part déclaré Cataleya à sa sortie du tribunal.

La «Berner Zeitung» mentionne que la défense a prévu de recourir contre le verdict de culpabilité.

À lire également