Cette fausse affiche de la candidate PEV, reprenant ses propos controversés, est parue sur Twitter.

Thérapies de conversion: une candidate rétropédale en catastrophe

Une tête de liste du PEV pour les élections fédérales a défendu les thérapies de conversion dans la presse locale, déclenchant une tempête sur les réseaux sociaux.

Elisabeth Augstburger, qui brigue le siège de Bâle-Campagne au Conseil des États, se retrouve en pleine tempête à la suite d’une déclaration imprudente, mercredi dans la «Basler Zeitung». La candidate du Parti évangélique (PEV), ancienne présidente du Grand Conseil, y estimait que les prétendues «thérapies de conversion» pouvaient «aider» les personnes homosexuelles «si elles le souhaitent également».

Les réactions ont fusé sur les réseaux sociaux, clouant au pilori la politicienne de 58 ans, et donnant lieu à une mini-protestation des Jeunes socialistes, ainsi qu’à un détournement des affiches électorales du PEV, parti qui aime à se définir comme «centriste».

Quelque peu affolée, Elisabeth Augsburger a appelé jeudi la rédaction de la «Basler Zeitung» pour corriger le tir: «Lorsque j’ai fait cette déclaration, j’avais trop peu réfléchi à ce que ces thérapies peuvent déclencher chez les gens». Elle a affirmé vouloir «se distancer» de ces pratiques. Ce qu’elle avait voulu dire, c’est que les personnes qui veulent de l’aide pour leur orientation sexuelle doivent pouvoir en recevoir.

Dénigrement
PDC, PBD et Vert’libéraux qui font liste commune avec le PEV à Bâle-Campagne, sont sur la défensive. Les démocrates-chrétiens sont les plus sévères avec leur alliée. «L’idée qu’on pourrait se débarrasser de l’homosexualité par une thérapie équivaut à dénigrer les gays et lesbiennes», a réagi le président de la section, Silvio Fareri.

L’affaire rappelle un autre shitstorm du côté d’un parti évangélique, l’ultraconservatrice UDF. Il avait suivi les déclarations de la Genevoise Sylvie Ruffieux-Guignard. Invitée en janvier sur le plateau de Léman Bleu, elle avait salué les personnes «qui sont sorties de l’homosexualité». Pour elle, cette orientation est liée «aux circonstances, à une éducation». Elle fait actuellement campagne, elle aussi, pour les élections fédérales du 20 octobre.

1 comments

Comments are closed.

À lire également