Qui a vu Adrien?

La police judiciaire française lance un avis de recherche pour un Stéphanois de 22 ans disparu en 2010, et qui pourrait avoir eu des contacts au sein des communautés LGBT en Savoie et à Genève.

Le 6 octobre 2010 au matin, Adrien Fiorello, quittait le domicile familial de Firminy. Cet étudiant en droit à Saint-Étienne emportait avec lui son téléphone sans chargeur et 140 euros en liquide. Avant de partir, il avait indiqué qu’il se rendait en cours et demandé à sa mère de venir le chercher le soir même. À partir de ce moment-là, ses proches n’ont plus eu aucune nouvelle du jeune homme, alors âgé de 22 ans.

Les investigations menées par la police française dans le cadre de cette disparition prêtent à penser qu’il a pu fréquenter la communauté LGBT de Chambéry et celle de Genève, et que «cela pouvait être lié à son départ».

Un signe de vie
Ses parents, légitimement inquiets, cherchent uniquement savoir si tout va bien pour lui, souligne la police, qui cherche pour sa part «à exclure cette inquiétante disparition d’une affaire en cours». Ce printemps, le journal «Aujourd’hui en France» avait évoqué un rapprochement possible avec l’affaire Nordahl L., soupçonné des meurtres de la petite Maëlys et d’un militaire en permission, Arthur Noyer, dans la région de Chambéry en 2017. C’est dans cette ville que le téléphone portable d’Adrien a été repéré pour la dernière fois, le jour même de sa disparition.

Les enquêteurs tiennent à souligner que les personnes détenant des informations concernant Adrien Fiorello ne seront en aucun cas obligées de fournir son adresse à son entourage s’il ne le souhaitait pas.
» Contact à la Direction centrale de la police judiciaire, antenne Saint-Étienne: +33 (0)4 77 93 53 04.
» Une page Facebook a également crée par la famille d’Adrien.

À lire également