Manifeste lesbien

En prélude à la marche pour la visibilité lesbienne du 27 avril prochain à Lausanne, «360°» publie le manifeste du comité d’organisation.

Nous considérons les lesbiennes* comme une catégorie politique.

Être lesbienne* est plus qu’une identité, plus qu’une orientation sexuelle. Être lesbienne relie le combat contre le sexisme et la lesbophobie avec le combat contre l’homo et la transphobie grâce à une mobilisation contre toute forme de discrimination. Être lesbienne inclut toutes les personnes qui rejoignent ce mouvement.

Nous lesbiennes* ne formons pas un groupe homogène. Nous sommes issues de différents horizons de vie, différents espaces sociaux et politiques. Nos expériences sont singulières.

Nous partageons la vision d’une société au sein de laquelle chaque individu doit avoir les mêmes droits; d’une société au sein de laquelle chaque individu soit avoir les mêmes chances, d’une société au sein de laquelle tous les individus sont pris en compte et valorisés de la même manière. Cependant, nous n’y sommes pas encore parvenues.

Les lesbiennes* ont encore et toujours moins de droits, les lesbiennes* n’ont pas les mêmes chances et les lesbiennes* subissent toujours l’exclusion et le dénigrement. Cela s’applique dans le monde entier, en Suisse, à notre domicile et sur notre place de travail. Une des raisons essentielles à ce problème est l’invisibilité des lesbiennes*.

L’invisibilité des lesbiennes* rend malade! Le manque de reconnaissance de la sexualité lesbienne* mène à la non-observance des campagnes de prévention. Nous exigeons un accès égalitaire à la médecine reproductive et au droit à l’adoption. La lesbophobie intégrée et le manque de reconnaissance sociale des partenariats mène à l’isolation, la dépression et le suicide.

L’invisibilité des lesbiennes* facilite la pauvreté ! En raison du manque d’égalité du partenariat, les lesbiennes* n’ont pas droit à une rente de veuve. Les lesbiennes* subissent également une double discrimination salariale en raison de leur sexe et de leur orientation sexuelle.

L’invisibilité des lesbiennes* contribue à la dévalorisation! Le déni de la parole des lesbiennes* au sein de la communauté, dans les médias, lors de la collecte de données et des débats politiques mène à la dévalorisation et aux préjugés. C’est pourquoi, nous exigeons plus de visibilité pour toutes les lesbiennes* dans tous les domaines de la société et appelons toutes les lesbiennes* à se rendre visibles dans la société, à créer des espaces pour promouvoir la visibilité et à occuper les espaces qui nous sont encore inaccessibles. Et nous encourageons la solidarité envers les lesbiennes* qui, pour des raisons personnelles, ne peut pas se dévoiler.

La visibilité des lesbiennes* renforce la communauté! Les lesbiennes* ont participé dès le début aux combats en faveur de toutes les revendications LGBTIQ+.

La visibilité des lesbiennes* renforce le mouvement féministe! Les lesbiennes* furent dès le début une force progressiste au sein du mouvement féministe. Nous sommes aujourd’hui un élément essentiel du féminisme queer.

Nous célébrons à l’occasion de cette journée la visibilité des lesbiennes dans toute la diversité de leurs identités, désirs et formes de vie.

Nous célébrons toutes les lesbiennes* qui se reconnaissent en tant que queer, genderqueer, genderfluid, trans, transmasculine, transféminine, non-binaire, bigender, butches, femmes, tomboys, demigirls, demiboys, fat dykes, bisexuelles.

Nous célébrons toutes les lesbiennes* qui sont encore invisibilisées en raison d’un critère spécifique; la couleur de peau, le statut social, l’appartenance ethnique, nationale ou religieuse.

Nous célébrons toutes les formes de vie, au sein desquelles les lesbiennes* évoluent, en particulier celles qui brisent les normes sociales existantes : single, familles intergénérationnelles, familles choisies, familles fondées sur l’amitié.

La visibilité des lesbiennes* renforce chacune* d’entre nous*!
Mobilisez-vous le 27 avril!

» Toutes les informations sur l’événement Facebook Marche pour la visibilité lesbienne Suisse

À lire également