Suisse

YOM, rayon de soleil nocturne

Photo: Frank Mentha

Partir pour mieux revenir, c’est ce qui s’est passé avec le Nathan Café. Toujours sous la direction de Yves-Olivier, le bar a rouvert ses portes en mars dernier pour le plus grand bien de Genève.

Nathan est mort. Vive Nathan! Après treize années de loyauté au service de l’amusement et de la culture, le «Nathan Café» a fermé ses portes aux Grottes en juin 2014. Mais c’était sans compter la dévotion passionnée de Yves-Olivier Magerl, «YOM» pas que pour les intimes, aussi pour les amis, la clientèle voire plus. En mars dernier, ce jeune quinquagénaire a inauguré le nouveau lieu du «Nathan», dans le quartier des Eaux-Vives à Genève: «Je ne pouvais pas laisser filer le bar. Après des années à avoir travaillé pour les autres, j’ai enfin eu mon chez moi. J’avais envie d’être chez moi en ouvrant le Nathan, et faire plus que ce que je pouvais faire auparavant.»

Gagné! Le «Nathan», c’est chez YOM. Pas uniquement sa propriété, mais une annexe de son salon où il aime recevoir. Les canapés hyper moelleux, rien de mieux pour se délasser après une rude journée. L’ambiance conviviale n’est pas que dans la déco, elle doit beaucoup au patron des lieux: «C’est un plaisir pour moi d’accueillir les gens «chez moi», qu’ils se sentent bien et à l’aise. Je veux qu’ils passent un chouette moment ici.»

Énergie nucléaire
S’il ne devait y avoir qu’un mot pour décrire YOM, ça serait «rayonnant», façon nucléaire. Pas pour les effets néfastes, mais bien à cause du crescendo et des réactions en cascade lorsque cet électron est excité. Il semble impossible à arrêter, encore moins à attraper. Pour autant, rien de stressant dans son énergie, rien qu’une sensation de bien-être au fond et d’amusement, comme une douce chaleur. D’ailleurs, «yom» en arabe et en hébreu signifie «jour», il n’y a pas de hasard, et cela fait rigoler YOM: «Pour un oiseau de nuit comme moi, je trouve ça drôle !»

Le «Nathan» n’est pas qu’un simple bar, c’est aussi un lieu, un endroit de culture: «L’aspect culturel est important pour moi, précise YOM. J’ai fait installer une bibliothèque pour que les gens puissent amener leurs livres préférés. Un jour, un homme est venu déposer des livres et il a discuté avec la clientèle pendant des heures de sa passion. C’était un moment magique et fort.» Sur les murs, des photographies d’un artiste exposées comme dans une galerie d’art. Dans la salle inférieure, bientôt un piano. Bière et culture, à boire et à manger pour le cerveau.

YOM explique sa philosophie pour faire plaisir aux gens: «Je me pose toujours la question de savoir qu’est ce que j’aimerai avoir ou vivre en tant que client, pas ce que j’aime moi.» Sur la table, un men. Une page retient l’attention, celle qui explique l’origine du nom du bar: «Non point la sympathie, Nathanël, – l’amour. Agir sans juger si l’action est bonne ou mauvaise. Aimer sans s’inquiéter si c’est le bien ou le mal.» (Les nourritures terrestres, André Gide)» Tout est dit.

Nathan café, 34 Avenue de Frontenex, Genève Le Nathan

Courts moments de calme

YOM sort peu, il n’a pas vraiment le temps depuis la réouverture du «Nathan», qu’il chouchoute presque à l’extrême. Dans les rares moments de pause qu’il s’offre, le patron se relaxe par ici…

Au 13, route des Jeunes à Carouge, YOM profite de l’ambiance alternative du Motel Campo: «C’est libre, la clientèle est chouette. Ce n’est pas grand mais je m’y sens bien, surtout grâce aux gens qui fréquentent ce lieux, il y a de tous les âges, c’est vraiment super.»

Toujours la nuit, il se rend très volontiers aux soirées 360° Fever. Pourquoi ? Non, pas pour nous caresser dans le sens du poil, mais «parce qu’il y une grande diversité dans les gens que tu peux y rencontrer. et tu sais que tu soutiens aussi une association. J’adore!»

Le jour, enfin, YOM va se plonger dans n’importe quelle étendue d’eau : «Je me sens bien dans cet élément. Dans l’eau, je suis le plus heureux des hommes.» Son endroit préféré, parmi tant, est la piscine de Carouge à la route de Veyrier 53: «J’aime m’allonger dans l’herbe après mes traversées, entouré par les falaises et ce beau paysage.»

À lire également