Haut fonctionnaire accusé de sexisme et d’homophobie

Une enquête interne vise le patron de l’Office fédéral de la statistique, Kurt Marti. Des collaborateurs rapportent des propos désobligeants sur ses collaboratrices et sur ses employés gay.

Kurt Marti, le chef de l’Office fédéral de la statistique suisse (OFS), est dans de beaux draps. La semaine dernière, la presse alémanique relevait que ses absences répétées à des congrès internationaux avaient déclenché une enquête interne à son propos. Dans son édition du jour, la «SonntagsZeitung» révèle que le haut fonctionnaire est également soupçonné de comportement inadéquat envers son personnel. Marti serait coutumier des blagues sexistes et des remarques désobligeantes sur le physique de ses employés – particulièrement des femmes.

«Complètement pédé»
Par ailleurs, il disserterait volontiers sur l’homosexualité présumée de tel ou tel collaborateur. A une occasion, il aurait désigné l’un d’eux comme un «complètement pédé» (Stockschwul). Il aurait aussi affirmé que les homos «n’étaient pas un bon exemple pour les autres employé» de l’administration, basée à Neuchâtel. C’est le syndicat Transfair qui a mentionné ces soupçons dans une newsletter, où il appelait ses membres à fournir des témoignages au Département de l’Intérieur, duquel l’OFS dépend. Les services du conseiller fédéral Alain Berset se refusent, pour l’instant, à parler de harcèlement sexuel, mais précisent que «toutes les accusations sont prises au sérieux». Kurt Marti a rejeté en bloc ces accusations, qu’il juge «sans fondements».

À lire également