À l’écoute des victimes LGBT d’agression

C’est le premier du genre en Suisse: un service destiné aux personnes lesbiennes, gay, bi e trans ayant subi une agression ou un viol sera en place dès le 1er septembre dans le canton de Vaud.

L’initiative émane de l’association lausannoise VoGay. Elle note l’invisibilité de ce type de cas dans les statistiques des institutions et auprès de la police. Ceci alors que des témoignages de psychothérapeutes locaux et des études universitaires signalent que le phénomène de la violence visant les lesbiennes, gay, bi e trans est sous-évalué. Une enquête allemande estime, par exemple, que 15% des hommes gay ont déjà subi une agression sexuelle. «Dénoncer une agression tout en trouvant la force de faire son coming out, ce n’est pas évident, explique Raphaël Depallens, vice-président de VoGay dans «Le Temps» d’aujourd’hui.

Le Pôle agression et viol du groupe vaudois, monté avec la collaboration de l’association Faire le pas, n’est pas une permanence. Il proposera toutefois aux personnes qui le solliciteront par e-mail un entretien et des conseils, notamment en vue de démarches administratives, et une orientation vers des professionnels qualifiés. L’offre s’inscrit également dans une perspective militante, comme l’explique le responsable du Pôle: «Notre ambition est aussi de faire évoluer la définition du viol dans le Code pénal suisse: actuellement, n’a droit au statut de personne violée qu’une femme ayant subi une pénétration vaginale.»

Plus d’infos dès le 1er septembre sur: www.vogay.ch

À lire également