Suisse

Le rideau tombe sur Mister Gay Suisse

Bye-bye glamour… l’organisateur du concours a fermé boutique dans la plus grande discrétion, laissant le dernier Mister Gay en rade, quelques mois après son élection.

En mars dernier, on nous promettait monts et merveilles pour la prochaine élection. Un appel aux candidates à un Miss Gay Suisse 2012 avait même été lancé, pour la première fois depuis 2004. Sauf qu’entre-temps, l’organisation de Mister Gay a discrètement mis la clé sous la porte. Le site internet du concours, abandonné, a été récupéré par un portail porno plutôt douteux.

Amertume
Dernier apollon en date, couronné à Lucerne en mars dernier, Stephan Bitterlin est amer. Il tente de trouver des sponsors pour représenter la Suisse à Mister Gay World, en Afrique du Sud. «J’aimerais faire bouger les choses, soupire-t-il, mais je n’obtiens pas le moindre soutien de la part du comité Mister Gay.»

Et pour cause: le comité est inexistant, note le gratuit «20 Minuten». Derrière l’événement, un seul organisateur: Oliver Eschler. Et ce dernier précise qu’il ne pas se sent pas «le devoir d’effectuer l’administration» pour Bitterlin. Le retrait d’Eschler serait dû au surmenage: il n’arrivait plus à concilier la «double responsabilité de l’élection et de sa profession». Eschler aurait bien essayé de confier le concours, «peu lucratif», à de nouveaux organisateurs, mais personne n’en aurait voulu.

Une histoire tourmentée
Montée pour la première fois à la fin des années 1990, l’élection n’a jamais suscité l’enthousiasme en Suisse romande. Elle avait déjà connu de gros soucis au milieu des années 2000. L’élection de 2005 avait, notamment, été annulée sur fond de déficit abyssal, avant la reprise du concours par une firme zurichoise de relations publiques. Mais cette dernière avait vite dû se résoudre à jeter l’éponge.

_________________
11 oct. 2011   Thèmes: Étiquettes : , ,

À lire également