Thomas Fuchs, l'invincible super-renard

Figure atypique parmi les populistes suisses de l’UDC, le conseiller national ouvertement bisexuel n’hésite pas à mettre en scène son futur triomphe dans une BD distribuée à l’occasion de la campagne pour les élections fédérales.

Vraiment impayable, ce Thomas Fuchs! Après un rap à sa gloire, puis un calamiteux hymne techno composé par un DJ sexagénaire autoproclamé roi du porno suisse, voici que ce représentant de la ligne dure de l’UDC défend son siège Conseil national au moyen d’une bande dessinée. Pour un homme qui s’avoue volontiers complexé par son apparence physique, il s’y est donné le beau rôle: celui d’un super-renard («Fuchs», en allemand), invincible champion de lutte traditionnelle suisse «à la culotte».

Au fil de quatre pages au dessin approximatif, Tom Fox envoie dans la sciure trois de ses adversaires politiques: une libérale lippue arborant un t-shirt européen flanqué du slogan «Nous sommes en faillite», un socialiste inséparable de sa coupe de mousseux et une écologiste perfide, qui pour glisser entre les pattes de notre héros, tente de l’enduire de pétrole (Thomas Fuchs est un défenseur acharné des grosses cylindrées). Hourrah! Tom Fox est porté en triomphe. «C’est ce que j’appelle du travail de vrai politicien! Ses arguments étaient proche du peuple et typiquement suisses!», s’enthousiasme le cartoon.

De quoi faire un malheur auprès des moins de 12 ans. Reste à savoir si ce comic strip lui permettra de garder sa place sous la Coupole, acquise à la faveur d’un désistement, l’hiver dernier. De fait, pour beaucoup d’électeurs du camp conservateur, ce chouchou des tabloïds, ouvertement bisexuel et passionnément blochérien, fait figure de fantaisiste intégral.

À lire également