Suisse

10'000 participants à la Gay Pride de Genève

Montée en quelques mois par la Fédération LGBT genevoise, la Pride 2011 a brillamment réussi son pari: une marche politique et flamboyante sous le slogan «Post tenebras love».

Un soleil de plomb, une brise rafraîchissante, un ciel sans nuage et des sourires radieux sur les visages: tous les ingrédients étaient réunis pour un retour triomphal de la Marche des fiertés en Suisse romande, trois ans après sa dernière édition. L’événement a fait le plein, ce samedi après-midi. En dépit du décompte peu généreux de la police («plus d’un millier» de participants) probablement effectué au début du défilé, ce seront au total près de 10 000 «prideurs» venus des quatre coins de Suisse et de France voisine qui auront envahi les quais, sous les regards de nombreux Genevois et touristes massés le long du parcours. Une impressionnante marée humaine, qui a ensuite rempli le Pont du Mont-Blanc, débarrassé de ses voitures. Beaucoup de ferveur et un zeste de folie dans ce défilé, qui ne comprenait aucun char commercial. En revanche, il a fait la part belle aux associations genevoises, romandes et nationales et à leurs revendications, déclinées en de multiples «Post tenebras…»

C’est à deux pas du Palais Wilson, siège du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, que le coup d’envoi de la parade a été donné. Un endroit symbolique, comme l’ont rappelé des discours très offensifs qui ont précédé le départ. Les intervenants qui se sont succédé au micro, ont évoqué le paradoxe d’une Suisse qui vote la résolution historique en faveur des minorités sexuelles (il y a quinze jours), mais dont la Constitution fédérale reste muette sur les discrimination liées à l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, qui ignore les familles homoparentales ou encore exige la stérilisation de personnes trans préalablement à leur reconnaissance administrative.

Du côté des autorités, c’est finalement Mark Müller, président du Conseil d’Etat qui s’est exprimé à la place de son collègue Charles Beer, ministre en charge de l’Instruction publique. Le libéral a notamment salué le travail accompli auprès des écoles, dans la foulée des Assises contre l’homophobie de 2009. Pour la Ville, la conseillère administrative Sandrine Salerno (PS) s’est payé un joli succès auprès du public en le rappelant leur «devoir de tirer les oreilles» à leurs élus «pour qu’ils respectent leurs engagements» en matière de solidarité et d’égalité.

La fête a continué à battre son plein aux Parc des Bastions, avant de se poursuivre au Stade de Genève. Les prochaines Pride romandes sont prévues à Delémont en 2012 et à Fribourg en 2013.


1 comments

Bla bla habituel (et nécessaire) des autorités au commencement, sinon très bonne ambiance. Merci aux organisateurs!

J’ai participé au défilé du début jusqu’à la fin et franchement, 10’000 participants c’est quand-même gonfler les chiffres, je sais que les associations ont envie de faire bouger les choses, mais soyons un peu honnêtes…

Comments are closed.

À lire également