Le Pakistan: hostile aux homos, mais fan de porno gay

Des statistiques de Google trahissent la consommation effrénée de pornographie homo et transsexuelle dans un pays parmi les plus homophobes du monde.

Au début du mois, l’institut Pew publiait une étude sur l’acceptation de l’homosexualité dans 39 pays du monde. Sans surprise, dans des nations comme le Nigeria, l’Indonésie ou l’Egypte, plus de neuf personnes sur dix disaient rejeter absolument toute forme de diversité sexuelle. Avec 2% d’acceptation, le Pakistan était tout en bas du classement. Pourtant, note le magazine «Mother Jones», internet trahit une autre facette de cette réalité. Selon Google Trends, qui mesure les recherches les plus populaires sur la Toile, les Pakistanais sont le peuple du monde qui recherche le plus les termes «shemale sex» (sexe avec des transsexuelles), «teen anal sex» (sexe anal avec un-e adolescent-e) et «man fucking man» (homme baisant un autre homme). Et c’est le numéro 2 pour «gay sex pics» (photos de sexe gay), juste derrière le Kenya, également peu connu pour sa gay-friendliness.

Talibans assoiffés de photos cochonnes
«Mother Jones» remarque que ce ne sont pas Karachi ou Rawalpindi, des métropoles a priori plus libérales et occidentalisées, qui concentrent ces recherches. C’est à Peshawar, bastion du fondamentalisme islamique, que les internautes tapent le plus frénétiquement «Shemale sex», par exemple. Selon un expert des minorités au Pakistan, la popularité de la pornographie trans et homosexuelle reflète des pratiques homosexuelles extrêmement répandues, même parmi les musulmans dévots. «Le vrai amour que la plupart des gens trouvent auprès d’un partenaire, ils le trouvent avec des hommes. Ils voient leurs femmes comme la mère de leurs enfants», estime Farahnaz Ispahani.

À lire également