Genève

La Rioule du 1er août

jeu 1 août, 16:00
Lausanne
#places à gagner

Sleater-Kinney

ven 23 août, 19:30
Neuchâtel

Dragâteloises «Fairy Tale»

sam 24 août, 18:30
Lausanne

Bordello Foam

mer 31 juillet, 22:00

Moins on est symétrique, plus on a l’air gay

A quoi ça tient, un «gaydar»? La capacité à prédire l'homosexualité d'un inconnu tient à peu de chose, en vérité. Peut-être simplement aux traits d'un visage, concluent des chercheurs américains.

Qu’est-ce qui nous fait supposer, du premier regard, que telle ou telle personne est gay ou hétérosexuelle? Selon des chercheurs d’une université de Reading, en Pennsylvanie (Etats-Unis), la perception de l’homosexualité ou de l’hétérosexualité chez un inconnu a quelque chose à voir avec la symétrie du visage. Pour le démontrer, l’équipe a soumis à un panel de 40 personnes une série de 60 photographies d’hommes et de femmes, hétéro et homos à parts égales.

Les participants à l’étude devaient prédire si la personne dont elles voyaient la photo était plutôt attirée vers les hommes ou les femmes, en utilisant une échelle de 5. «Nous avons découvert que les nos sujets étaient plus susceptibles de déterminer qu’un homme était attiré par les femmes si ses traits étaient symétriques», explique Susan Hughes, directrice du projet. Le critère de la symétrie semble l’emporter sur le caractère typiquement masculin de certains visages d’hommes. Les résultats sont moins concluants pour les photos de femmes, mais semblent indiquer un phénomène similaire.