Dépistage VIH: Connaître son statut pour pouvoir agir

En Novembre, Securion encourage tous les hommes séronégatifs ayant des rapports sexuels avec des hommes à faire un dépistage du VIH après au moins un mois sans exposition.

En Suisse, environ 500 personnes découvrent chaque année qu’elles sont porteuses du VIH. Près de la moitié des transmissions ont eu lieu lors d’un rapport sexuel entre des hommes dont l’un ignorait qu’il était porteur du VIH. On estime que plusieurs centaines d’hommes ayant des rapports avec des hommes (HSH) ignorent qu’ils sont infectés.

Aujourd’hui, découvrir que l’on est porteur du VIH, c’est pouvoir accéder à un traitement qui permettra de préserver sa santé et d’éviter de transmettre le virus à ses partenaires en étant indétectable. Plus tôt l’infection est détectée, mieux c’est pour soi et ses partenaires. Séronégatif ou séropositif, connaître son statut sérologique c’est pouvoir agir afin de réduire le nombre de virus en circulation dans nos communautés et donc le risque pour tout le monde.

C’est pourquoi, tous les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes qui pensent être séronégatifs devraient faire un dépistage du VIH au moins une fois par an, au moins deux fois par an au-delà de 10 partenaires. Cela concerne les hommes multipartenaires ainsi que ceux en couple qui auraient un doute sur l’exclusivité sexuelle de leur partenaire. Dans ce cas, un dialogue devrait avoir lieu pour établir un accord clair.

Un dépistage peut permettre de détecter une infection à partir de 15 jours après la transmission. La majorité des infections est détectable entre 20 et 30 jours après le rapport. En cas de test réactif ou d’analyse positive, une analyse de laboratoire sur un second prélèvement est nécessaire pour confirmer l’infection.

Pour autant, un dépistage négatif ne permet d’exclure une infection avec certitude que s’il est réalisé plusieurs semaines, voire plusieurs mois, après une exposition potentielle3.
Après un risque (3), il est donc recommandé de faire un premier dépistage 2-3 semaines après le rapport et le cas échéant de confirmer un résultat négatif par un second dépistage à 6 semaines (Elisa) ou 3 mois (test rapide ou autotest) du rapport.

Si des symptômes viraux similaires à ceux d’une grippe apparaissent après une exposition potentielle, il est recommandé de faire un dépistage afin d’identifier ou exclure une infection par le VIH.

La prise d’un traitement anti-VIH alors que l’on est déjà porteur du virus pourrait retarder l’apparition des marqueurs de l’infection et potentiellement créer des résistances. C’est pourquoi il est important de respecter les protocoles d’initiation et de suivi des traitements préventifs (PrEP) et d’urgence (PEP).

Securion
Octobre: Zéro exposition (3) = Zéro transmission.
Novembre : Dépistages VIH. Les tests à résultat rapide seront à 10 CHF dans les centres partenaires présents dans tous les cantons romands. Informations, contacts et horaires sur
» www.drgay.ch/securion

(1) Sensibilité: probabilité pour un individu infecté par le VIH d’avoir un test positif et non un faux-négatif.
(2) Spécificité: probabilité pour un individu non infecté par le VIH d’avoir un test négatif et non un faux-positif.
(3) On entend par «risque» ou «exposition potentielle» une pénétration, anale ou vaginale, sans protection (préservatif et/ou PrEP) avec une personne dont le statut sérologique est inconnu ou incertain, y compris pour une personne que l’on connaît. Que l’on pénètre ou que l’on soit pénétré.e, même partiellement ou brièvement, avec ou sans éjaculation, il y a un risque de transmission du VIH.

À lire également