Revue de web

Éduquer au consentement

Consentement MeTooGay
Phot: Andrew E Weber (CC0 1.0)

En bref, l'actu glanée dans la presse locale et sur les réseaux, dans notre Revue de web

«24 heures» revient sur le retentissement du mouvement #MeTooGay avec des actrices et acteurs vaudois·e·s de la santé LGBTQ+. Raphaël Depallens, de l’association PAV, constate que le silence qui règne dans la communauté autour des violences sexuelles «amplifie un peu plus encore le sentiment de honte». La question du consentement devrait être centrale chez les gays aussi, notamment ceux évoluant dans une «zone grise relationnelle», par exemple dans la pratique du chemsex ou les rencontres sur Grindr, remarque Vanessa Christinet, médecin chez Checkpoint Lausanne. Elle raconte le cas d’un homme qui s’était endormi au sauna, saoul: «Il s’était bel et bien fait agresser, mais se sentait coupable de ce qui lui était arrivé.» Une réponse: travailler au niveau de l’éducation, sur l’estime de soi et la notion de consentement. On offrirait ainsi «des compétences pour faire face non seulement aux agressions sexuelles, mais à plein d’autres situations, comme le mobbing par exemple», estime Raphaël Depallens.

Thèmes: Vaud  Viol  Violence 

À lire également