Revue de web

En bref, l’actualité LGBTQ+ d'ici (et de pas loin) glanée dans la presse et sur les réseaux...

Le télétravail, frein au coming-out

Vivre ouvertement son orientation sexuelle ou son identité de genre au boulot, c’est bien beau, mais à quoi ça sert au juste? Le géant du travail temporaire Manpower a publié une enquête européenne à ce sujet, relayée par Le Temps. Le fait d’être ouvertement LGBTIQ+ est majoritairement perçu comme handicapant au moment de l’embauche, mais profitable une fois en emploi, notamment au niveau de l’engagement et de l’innovation. «Avoir fait son coming-out permet à la personne de se concentrer entièrement sur son travail et non pas ce qu’elle aurait à cacher, et donc d’être plus productive», explique la chercheuse Leïla Eisner, coresponsable du Panel Suisse LGBTIQ+. Elle préconise par ailleurs des offres d’emploi plus inclusives, afin d’éviter que les personnes LGBTIQ+ aient à s’inquiéter sur ce point lors du processus de postulation.

L’étude suggère que le basculement dans le télétravail a eu un impact négatif sur ce point. Une question de liens de confiance avec les collègues, plus difficiles à tisser en distanciel, pense Leïla Eisner. «Le coming-out au travail se fait habituellement plus lors de petites discussions à la pause café qu’à travers des grandes annonces.»

Publié le 22 juillet 2021 . Thèmes:

L-Check, la santé au féminin pluriel

Vaud se dote à son tour d’une structure vouée à la santé des femmes qui aiment les femmes (FSF). Sous l’égide de PROFA, le L-Check a été inauguré vendredi dans les locaux de la fondation, à Renens. Il propose – sur rendez-vous tous les jeudis après-midi – des consultations assurées par une infirmière-conseillère en santé sexuelle et une médecin. Au menu: dépistages (IST, cancers), contrôles gynécologiques, santé psychique et généralement toutes les thématiques en lien avec la santé et l’intimité. Le public visé ne se limite pas aux femmes lesbiennes, mais comprend «toute personne qui se sent concernée, indépendamment de son identité de genre ou de son orientation». En mars dernier, une initiative similaire avait été lancée à Checkpoint-Genève: une consultation FSF hebdomadaire était née de la collaboration entre les associations Lestime et Dialogai.

Plus d’infos sur profa.ch/l-check

Publié le 4 juillet 2021 . Thèmes: ,,

«Beaucoup de conservateurs trouvent que le mariage est bon pour tout le monde»

La campagne pour le mariage égalitaire en Suisse a été lancée tambour battant la semaine dernière par le Conseil fédéral, puis par le comité national pour le «oui» à la votation du 26 septembre. L’occasion pour le Tages-Anzeiger de se pencher sur la division au sein de l’UDC autour de cette question. Une partie des élu·e·s du premier parti de Suisse avait soutenu le texte au Parlement. Engagé pour le «non» au niveau national, l’UDC a ensuite vu des sections locales appeler à voter «oui», puis la formation d’un comité favorable à la nouvelle loi.

Pour le politologue Michael Hermann, cela montre à quel point les mentalités ont changé en Suisse et dans le monde occidental. «Il n’y a quasiment aucun autre thème où le clivage aura été autant repoussé ces dernières années.» Et de citer l’exemple de la (autrefois) très catholique Irlande, qui avait accepté par référendum l’ouverture du mariage à 62% en 2015.

En Suisse, le chercheur note que l’électorat conservateur-religieux, bastion du «non», a tendance à stagner, et se retrouve plutôt au sein de l’UDF. Du côté de l’UDC, focalisé sur les questions de souveraineté ou d’immigration, les réticences sont moins fortes. Le mariage pour tout·e·s est un sujet qui «n’est pas lié à l’argent et n’a pas de conséquences directes pour la plupart d’entre eux. C’est avant tout une question morale, et les questions morales peuvent soudainement changer de sens. En l’occurrence, beaucoup de personnes conservatrices dans d’autres domaines sociétaux trouvent que le mariage est bon pour tout le monde.»

Engouement surestimé
Un récent sondage commandité par Pink Cross avait trouvé que plus de la moitié des électrices et électeurs (62%) affilié·e·s à l’UDC étaient favorables au mariage égalitaire. Michael Hermann relativise. «Le vote ne sera pas si clair. Lorsqu’il s’agit de valeurs fondamentales comme celle-ci, l’approbation est généralement surestimée au début. Notamment parce que les répondant·e·s ne veulent pas apparaître rétrogrades. Ce que montre l’enquête, en revanche, c’est que le rejet au sein de l’UDC est supérieur à la moyenne. Peu importe comment il se positionne, le parti politise une grande partie de son électorat. Mais parce que ce sujet ne fait pas partie de ses thèmes centraux, cela prête peu à conséquence.»

Publié le 3 juillet 2021 . Thèmes: ,,,

Agression homophobe dans la liesse de la victoire à l’Euro

Fausse note dans le joyeux concert de klaxons qui a suivi la victoire de la Suisse contre la France, dans la nuit de lundi à mardi. Le Nouvelliste rapporte qu’une agression homophobe s’est produite au milieu de la liesse dans les rues de Martigny (VS). Un groupe d’ami·e·s qui avaient décidé de parader en voiture avec un drapeau arc-en-ciel s’est fait attaquer par cinq individus qui ont tenté de le leur arracher des mains. Insultes et menaces de mort ont fusé, tandis que la conductrice, âgée de 23 ans, recevait des coups au visage.

Une plainte a été déposée dès le lendemain. Les victimes avaient identifié l’auteur présumé des coups grâce à des félicitations envoyées à ce dernier sur Snapchat, raconte Blick. «Ces actes sont trop graves pour être passés sous silence! On continuera à exprimer qui l’on est, malgré les menaces. Nous devons le faire pour tous ceux qui vivent dans l’oppression», déclare la jeune femme, qui avait participé la veille au rassemblement pour le lancement de la campagne pour le oui au Mariage pour tou·te·s.

L’incident renforce la détermination des associations dans leur demande que la police cantonale valaisanne tienne des statistiques des agressions à caractère LGBTQ-phobe, question abordée récemment dans une interpellation au Grand Conseil.

Publié le 1er juillet 2021 . Thèmes: ,,

Coup d’envoi d’un été de mobilisations

À pile trois mois de la votation, le lancement de la campagne en faveur du «oui» au mariage civil pour tou·te·s n’est pas passé inaperçu, ce week-end. Des rassemblements étaient organisés dans plus de 20 villes à travers la Suisse. Côté romand, 300 personnes se sont retrouvées place de la Planta, à Sion, en présence de plusieurs élu·e·s, dont le conseiller d’État Mathias Reynard. «Dans tous les pays où ce droit est acquis, on constate une baisse de l’homophobie, une diminution des souffrances, une plus grande cohésion sociale», a rappelé le socialiste, cité par «Le Nouvelliste». À Fribourg, quelque 200 personnes ont marché entre la place Nova-Friburgo et la place Georges-Python. Discours et applaudissements ont aussi retenti à Bienne, Lausanne ou Neuchâtel, en marge de pique-niques et de fiançailles symboliques.

À Genève, le lancement de la campagne a été le point d’orge d’un week-end des fiertés, prélude à la Geneva Pride du 11 septembre. Quelque 500 personnes ont investi samedi la place des Nations, pour une série d’allocutions et de performances. Le lendemain, la toute première Pride Run de Suisse a été disputée par une centaine de participants, avant un grand pique-nique au Parc La Grange et une chasse aux trésors consacrée à l’histoire militante de la ville.

Publié le 28 juin 2021 . Thèmes: ,,,,

Thérapies de conversion: deux Vaudois témoignent

Alors que la question de l’interdiction des thérapies de conversion est au menu des assemblées cantonales, le quotidien 24 heures publie aujourd’hui le double récit de Bertrand et Renaud. Ces deux Vaudois ont été envoyés guérir de leur homosexualité alors qu’ils avaient une vingtaine d’années.

Une démarche volontaire, mais sous pression pour Bertrand, qui a grandi dans une petite communauté évangélique lausannoise: «C’est moi qui ai fait la démarche, mais on m’a orienté. On priait pour moi, pour que j’aille au bout et pour que je ne sois pas tenté.» La structure d’origine américaine Torrents de vie a une mécanique bien rodée, avec ses gros manuels et ses témoignages. «C’était de beaux récits d’hommes qui disaient avoir une femme et des enfants, mais ils finissaient toujours en disant que ce serait une lutte toute leur vie. Plus j’y allais, plus ça m’enfonçait.»

À 22 ans, Renaud avait été adressé à un psy spécialisé à l’insistance de ses parents, cathos intégristes. «Même si ça m’a fait mal, j’étais déjà droit dans mes bottes. Ces personnes savent comment vous manipuler afin de vous faire voir des problèmes là où il n’y en a pas. Quatre ans plus tôt, cela m’aurait détruit.»

Publié le 21 juin 2021 . Thèmes: ,,,,

LGBTQ+ de tous partis, unissez-vous!

Il en existe un au Parlement européen, entre autres: un intergroupe rassemblant les élu·e·s LGBTQ+ et allié·e·s de tous les partis est en train d’être mis en place à Berne, a révélé Blick cette semaine. Parmi les sujets qu’il devrait tenter de faire avancer figurent l’interdiction des thérapies de conversion – au menu du Parlement cette semaine – et la quasi exclusion des hommes gay du don du sang. Coprésident de ce nouvel intergroupe aux côtés de Lisa Mazzone, le conseiller national Damien Cottier avait illustré cette dernière discrimination par sa présence jeudi à la journée du don du sang organisée par la Croix Rouge suisse devant le Palais fédéral.

L’entrée d’un·e premier·e élu·e ouvertement gay ou lesbienne sous la Coupole remonte seulement en 1999, il s’agissait de Claude Janiak (BS/PS).

Publié le 13 juin 2021 . Thèmes:

Une plantation de cannabis dans la cave du sauna gay

Le gérant du Sun, un sauna gay du centre de Lyon, a écopé lundi d’une peine de prison de 18 mois, dont 12 avec sursis, rapporte Le Progrès. Il avait été arrêté samedi dernier après que des voisins s’étaient plaints auprès de la police d’une odeur de cannabis émanant des caves de l’établissement. Les policiers y ont saisi 140 plants, mais aussi des armes à feu et des munitions détenues sans permis.

Le quadragénaire a expliqué qu’il revendait l’herbe afin de financer sa consommation de cocaïne. La drogue l’aidait, selon lui, à surmonter les difficultés liées à la fermeture prolongée du sauna. Ironie du sort, c’est la semaine de sa réouverture que l’homme est condamné.

Publié le 9 juin 2021 . Thèmes: ,,