Neuchâtel

Dragâteloises «Fairy Tale»

sam 24 août, 18:30
Lausanne

Bordello Foam

mer 31 juillet, 22:00
Genève

Viktor Rom fait son show

ven 26 juillet, 23:59
Martigny

After Pride

sam 20 juillet, 22:00

La fin tragique d'un symbole

Un terrible accident de la route a coûté la vie à Bjorn Czepan, devenu célèbre après la parution d'une photo le montrant en train d'embrasser son petit ami lors d'une manifestation publique en Afrique du Sud.

En août dernier, deux étudiants de l’UCT (Université de Cape Town), Bjorn Czepan et Dan Vorster, avaient fait la une plus que remarquée de « Die Matie », le journal respecté du campus de Stellenbosch, en grande partie Afrikaner. La photo, prise lors du festival annuel de baisers organisé par l’institution, avait en effet fait grand bruit en Afrique du Sud qui, malgré l’interdiction constitutionnelle de discrimination et l’existence d’une union civile, reste un pays très conservateur sur le sujet de l’homosexualité.

Au sein du campus, les réactions avaient été « contrastées », comme le relate la graphiste Vanessa Smeets, responsable du choix de la photo. « Certains ont utilisé le journal comme cible de fléchettes ou l’ont déchiré », déclare-t-elle également. Mais cette parution avait permis aux associations d’étudiants gays et lesbiennes, présente pour la première fois à la manifestation, de se faire connaître, ainsi que de démontrer que l’homophobie était encore bien présente sur les campus. L’association sud-africaine Lesbigay a d’ailleurs profité de l’occasion pour lancer un vaste programme de conseil à destination des étudiants homos.

Cependant, les deux jeunes hommes, rapidement devenus des symboles pour la jeunesse LGBT d’Afrique du Sud, ont été victimes d’un terrible accident de la route la semaine dernière qui a coûté la vie Bjorn Czepan, 24 ans et d’origine allemande, et laissant Dan Vorster gravement blessé. Marlow Valentine, responsable du Triangle Project à Cape Town, a déclaré: « J’espère que les gens se souviendront d’eux comme un couple qui a eu le courage de se démarquer et de challenger le statu quo. Si des articles comme celui-ci ont permis de stimuler des conversations positives, alors cette action et la photo n’auront pas été vaines ».

(Source: The Guardian)