Monde États-Unis

Perpétuité pour un lycéen trans auteur d’une fusillade

26 juillet 2020

Le lieu du drame: la STEM School Highlands Ranch, près de Denver

Harcelé en raison de son identité de genre, un étudiant américain de 16 ans avait ouvert le feu sur ses camarades en 2019 au Colorado. Il vient d’être condamné.

Le 7 mai 2019, deux élèves d’un lycée scientifique de la banlieue de Denver ouvraient le feu sur leurs camarades. Bilan: un mort, un jeune de 18 ans, et sept blessés. Un des deux accusés est un ado trans, Alec M. Il a écopé vendredi de la réclusion à perpétuité. En tant que mineur, il pourra faire une demande de libération conditionnelle au bout d’une vingtaine d’années, rapporte l’agence AP.

M. avait 16 ans au moment de la fusillade, qu’il a avoué avoir préméditée. Il aurait voulu se venger du harcèlement et des moqueries qu’il aurait subi en raison de son identité de genre. «Il voulait que tout le monde souffre dans l’école et se rende compte que le monde est un endroit terrible», selon le procès-verbal de ses auditions. En sanglots, le prévenu a demandé pardon aux parents de Kendrick C., étudiant de 18 ans abattu par son complice, Devon E.

Le procès d’E., majeur, aura lieu en septembre. Ses motivations restent floues. Il a plaidé non coupable. C’est M. qui l’aurait forcé, sous la menace, à se procurer les trois armes utilisées et à participer à l’attaque.

Dénonciation anonyme

La tragédie a provoqué une émotion considérable, ainsi que des remous politiques. Ils portaient sur la question des armes à feu, mais aussi du climat de violence dans le lycée. Fin 2018, un parent anonyme avait contacté la police locale, dénonçant une situation explosive et la présence d’étudiants en grande détresse psychologique. Des mesures avaient été prises, mais trop tard. Dix jours avant le drame, la direction de l’établissement avait mis en place un programme de prévention des suicides et des fusillades.

Fin novembre 2019, CNN avait dénombré 45 fusillades dans des établissements scolaires ou universitaires des États-Unis depuis le début de l’année, soit presque une par semaine.

À lire également