Monde Podgorica

Droits LGBTQ+: le Monténégro se profile en pays modèle

2 juillet 2020

Les fiertés LGBTQ+ défilent depuis 2013 dans les rues du Monténégro, ici à Podgorica en 2018. Capture RFE/RL

La petite république de l’Adriatique a adopté hier une loi sur les unions civiles pour les couples de même sexe. Un pas de plus dans sa stratégie de rapprochement avec l’Union européenne.

Les lignes bougent dans les Balkans. La plus petite des anciennes entités yougoslaves, le Monténégro, a adopté hier le partenariat enregistré pour les personnes de même sexe. La loi, qui exclut tout droit en matière d’adoption et de filiation, est passée mercredi par 42 voix contre 5 au Parlement de Podgorica. Les députés avaient rejeté de justesse un texte similaire en juillet 2019.

Le président Milo Đukanović devrait prochainement ratifier le texte, qui pourrait entrer en vigueur d’ici un an. «C’est un pas de plus vers les démocraties du monde développé. Nés libres et égaux en dignité et en droits», a-t-il tweeté.

Le vote du Parlement est une divine surprise pour les militants LGBTQ+ locaux. «Honnêtement, je ne m’y attendais pas. C’est vraiment extraordinaire, un grand pas pour nous tou·te·s», a réagi John Barac, de Progres Forum, cité par Reuters.

Mieux que les Pays-Bas

Le Monténégro est un des candidats les plus avancés à l’entrée dans l’Union européenne. Un peu comme Malte, ce petit pays touristique de 620’000 habitants a travaillé ces dernières années à l’adaptation de sa législation en matière d’égalité et de protection des minorités, ce qui l’a fait grimper dans le classement de l’ILGA Europe. Dans l’édition 2020, il atteint une étonnante 11e place, doublant les Pays-Bas, la France ou l’Islande. Sans parler de la Suisse, 23e.

La reconnaissance des couples gay et lesbiens est aussi au menu en Serbie voisine, ainsi qu’en Bosnie. Sarajevo a récemment mis en place un groupe de travail en vue de l’officialisation des unions homosexuelles conclues à l’étranger.

À lire également