Vague rose sur les élections municipales aux Pays-Bas

17 février 2006

Plus d’une centaine de candidat-es «roses» sont inscrit-es sur deux listes ouvertes par l’association LGBT nationale et le principal journal gay néerlandais en vue des élections municipales.

Ces candidat-es ont ouvertement annoncé leur orientation sexuelle et se sont inscrit-es personnellement directement on-line. Les candidat-es figurent en plus grand nombre sur les listes de droite ou du centre que sur les listes de gauche et sont majoritairement des hommes.

Parallèlement le COC Nederland a appelé les partis politiques et les candidat-es à répondre à un certain nombre de questions concernant leurs projets politiques envers la communauté homosexuelle. Ces questions portent sur de la sécurité, l’enseignement, la santé publique et la visibilité, par exemple :
– Comment défendent-ils les intérêts des hommes gays et des femmes lesbiennes ?
– Les municipalités doivent-elles encourager l’information au sujet de l’homosexualité dans les écoles ?
– Les officiers de l’état civil peuvent-ils, à titre personnel, refuser de célébrer les mariages homosexuels
– Les municipalités doivent-elles prendre des mesures pour rendre les rues des cités plus sûres pour les homosexuel-les ?
Sur la base des réponses à ces questions, un tableau avec cotation des réponses permet une comparaison argumentée des différents partis.

« Avec cet index des élections, nous voulons encourager les partis politiques locaux et les candidat-es à se déterminer pour une politique d’émancipation forte en faveur des homosexuel-les. La tolérance envers l’homosexualité rencontre à nouveau une résistance préoccupante. Il est important que les municipalités conduisent une politique active pour ancrer largement l’acceptation de l’homosexualité dans la société » déclare Frank van Dalen, président par intérim du COC Nederland.

Les partis et les candidat-es qui participent aux élections municipales peuvent placer sur les deux sites leur profil avec une photo. Ils doivent présenter de quelle manière ils entendent mener une politique favorable à l’émancipation des gays et des lesbiennes. Il n’est pas obligatoire d’être homosexuel-le pour s’inscrire sur ces listes et le COC espère que beaucoup de candidat-es hétérosexuel-les se déclareront favorable à ce mouvement de défense des droits des homosexuel-les.

À lire également