Monde Afrique

Le Gabon rejoint le club des États homophobes

14 déc. 2019

Ancienne colonie française, le Gabon n'avait jamais pénalisé l'homosexualité avant 2019.

Le petit pays d’Afrique australe a discrètement modifié son Code pénal cet été pour institutionnaliser la répression contre les gays et lesbiennes.

Malgré les récentes avancées en Angola, en Inde ou au Botswana, la dépénalisation de l’homosexualité à travers le monde n’est pas une avenue à sens unique. Ainsi le Gabon est devenu, discrètement cet été, le 70e pays du monde à rendre illégaux les rapports librement consentis entre personnes de même sexe. Inscrite sous le chapitre «Agressions sexuelles et atteintes aux mœurs», la révision du Code pénal prévoit 6 mois de prison et une amende de 5 millions de francs CFA (8300 fr./7600 euros). Sollicité par l’agence Reuters, le gouvernement a refusé de commenter.

Le militant Davis Mac-Iyalla rapporte que deux hommes ont été récemment été arrêtés et ont dû payer des pots-de-vin à la police pour retrouver la liberté.

Comme la plupart des pays ayant hérité leur Code pénal de l’époque coloniale coloniale française, le Gabon n’avait jamais criminalisé les relations homosexuelles. En 2008, Libreville avait même soutenu une déclaration de l’ONU pour leur dépénalisation à l’échelle mondiale.

Scandales
Néanmoins, le climat social dans ce pays pétrolier de 2 million d’habitants demeure très hostile aux personnes homosexuelles – un climat entretenu par des rumeurs de «mariages gay». Le site Gabon Review remonte à une affaire de 2013 qui avait suscité une forte indignation dans la presse locale quand les deux «époux» avaient été libérés, faute de loi sanctionnant l’homosexualité. Une lacune désormais comblée, constate l’article. Et de citer un «observateur» qui se plaint de sanctions trop légères: «Cinq millions c’est rien pour un pédé.»

1 comments

Pour moi, les Etats qui pénalisent encore l’homosexualité ne veulent pas le bien de leurs populations. Au contraire c’est la régularisation des violations et violences faites à l’encontre d’une de leurs populations marginalisées, étiquetées et revalorisées chaque jour.
Il est temps de comprendre que tout comme l’hétérosexualité, l’homosexualité est une orientation sexuelle. Tout comme il est quasiment impossible pour un hétérosexuel d’aimer les hommes (ou les femmes), il est impossible qu’un homosexuel aime une femme . Comprendre les orientations sexuelles c’est comprendre l’autre.

Comments are closed.

À lire également