La communauté LGBT nord-irlandaise pleure Lyra McKee

En plus d’être une journaliste reconnue, la jeune femme de 29 ans abattue jeudi à Derry était aussi une figure importante pour les jeunes gays, lesbiennes et trans de la province.

La communauté LGBT d’Irlande du Nord s’est jointe à l’émotion et à la colère provoquées par le meurtre de la journaliste Lyra McKee. La jeune femme de 29 ans a été abattue tard jeudi soir alors qu’elle suivait des affrontements violents à Creggan, un faubourg de Derry réputé comme fief des Républicains, avec d’autres journalistes. Dans son dernier tweet, la journaliste parlait d’une «folie complète» dans les rues de la ville.

Lors d’un rassemblement sur les lieux du drame, vendredi, sa compagne Sara Canning a pris la parole pour rendre hommage à «l’amour de sa vie» et rappeler que la communauté LGBT «perdait une avocate et une activiste infatigable», rapporte le site britannique PinkNews.

Lyra McKee avait été remarquée par ses enquêtes sur le conflit nord-irlandais, dont l’une consacrée au meurtre du leader unioniste Robert Bradford est sur le point de paraître. Auparavant, elle avait également signé un ouvrage intitulé «A Letter to My 14-Year-Old Self» où elle évoquait sa lutte personnelle pour accepter son homosexualité. «Je pensais qu’à 14 ans on ne pouvait pas être out et fière; que c’était un secret à garder à tout prix», avait-elle confié à l’Irish Times en 2017. «Je croyais aux écrits bibliques. La nuit, je restais assise à la maison et je tentais de marchander avec Dieu pour qu’Il ne m’envoie pas en enfer. Aucun enfant ne devrait avoir à subir cela.»

Condamnations unanimes
Les deux parties rivales, Unionistes et Républicains, ont unanimement condamné le meurtre, survenu 21 ans après les accords du Vendredi Saint, qui fondaient les bases d’une cohabitation politique dans la province britannique. L’auteur des tirs n’a pas été identifié. L’enquête se dirige vers les milieux paramilitaires républicains de la Nouvelle IRA, responsable du meurtre de plusieurs policiers et militaires ces dernières années. «Il ne faut pas en rester là, a déclaré Sara Canning. La mort de Lyra ne sera pas vaine car sa vie était une lumière pour tous ceux qui l’ont côtoyée.»

À lire également