Pride interdite aux chiens, même tenus en laisse

La police d’Essen a empêché les adeptes de puppy play de prendre part au défilé des fiertés local en se dissimulant le visage. Une interdiction «absurde», dénonce un parti politique.

Burqa, «black blocks» et adeptes du latex, même combat? Un groupe fétichiste qui s’apprêtait à défiler samedi à la gay pride d’Essen, dans la région de la Ruhr, s’est fait remonter les bretelles de harnais par la police, raconte le site queer.de. Elle a interdit à une douzaine de fans de puppy play (pratique dérivée du BDSM qui consiste à jouer le rôle d’un chien) de prendre part à la manifestation, sous peine d’évacuation manu militari et d’amendes. En cause: les masques canins en latex dissimulant les visages, en contravention avec une loi sur la sécurité publique.

L’intervention a indigné Die Linke, qui participait au rassemblement LGBT. Le parti de gauche radicale a dénoncé une interdiction sans précédent au niveau national, qualifiant l’argumentation des forces de l’ordre d’«atteinte à l’autodétermination» et prédisant une mise hors la loi des drag queens lors de la prochaine pride. L’interdiction des masques en Allemagne est inscrite dans une loi de 1985. Elle s’applique en principe quand il y a volonté d’empêcher l’identification et autorise nombre d’exceptions, notamment lors de fêtes populaires.

Masque relevé
Les adeptes de puppy play ont finalement défilé dans les rues d’Essen avec le masque relevé sur la tête. Les organisateurs de la parade se sont abstenus de prendre position, saluant toutefois la diversité qui s’est exprimée lors de la manifestation, à laquelle 2500 personnes ont pris part.

Certains cantons suisses ont des dispositions légales analogues. L’une des plus draconiennes est celle du Tessin, qui ne s’est toutefois pas appliquée aux quelques puppies qui ont défilé lors de la récente Pride de Lugano. Le texte cantonal de 2013 vise en particulier les femmes vêtues d’un voile intégral dans l’espace public. A ce jour, il a surtout servi à arrêter des hooligans, ainsi qu’un malheureux fan de Deadpool qui se rendait déguisé à une projection du film, le printemps dernier.

À lire également